AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

J'achète [Vanad]

 :: Le défouloir :: Topics obsolètes Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 16 Jan - 23:11

   
J'achète
   Velkan & Vanad

   
Le soleil dans les cheveux, des lunettes sur le nez un homme à la démarche fière et assurée s'avançait vers la boutique vendant des hybrides, ces créatures étranges mi-humaines mi-bêtes. Si un jour on lui aurait que dans un futur proches de telles créatures allaient existées, il vous aurait répondu d'arrêter la drogue. Mais Velkan devait bien admettre qu'il s'était trompé et que la science avait finalement permis de surpasser Dieu.

Lorsque le jeune homme était arrivé sur l'île de Hawaï avec son père, il avait vaguement entendu parler de ces choses, mais en posséder un ne l'avait jamais intéressé jusqu'-là. Et puis il y a quelques jours, Velkan avait changé d'avis. Il ne supportait plus son père et voulait mettre en place un plan pour tout simplement le liquider et prendre sa place. Mais problème...il n'avait plus d'hommes de mains et son paternel était aussi bien protégé qu'un homme politique. Alors comment faire? C'est à cet instant qu'avoir un hybride ou même plusieurs lui traversa l'esprit.

C'était des êtres malléables pour la plupart et surtout, soumis et remplaçable. Un hybride tué était moins problématique qu'un humain liquidé. C'était donc décidé, le roumain parricide interpella son chauffeur pour qu'il l'emmène en ville. Il soupira d'aise une fois dans habitacle climatisé du véhicule. Bon Dieu qu'il faisait chaud sur cette putain d'île pensait-il souvent. C'était un gars du froid, pas un surfer. Une fois arrivée à la boutique, Velkan arpenta les différents rayons...une vraie petite boutique des horreurs! Le jeune homme ne savait pas encore trop quoi penser de ces choses.

Bien vite, il se retrouva perdu dans tout ce dédales de cages. Il y en avait trop...certains étaient plus adorables que d'autres, certains faisaient carrément flipper. Mais aucune de ces créatures ne semblaient avoir tapé dans l'oeil de l'humain. Sa patience commençait à atteindre ses limites. Il allait rebrousser chemin, car il y avait trop de monde et ça puait l'animal mort dans cet endroit. S'en était trop pour ses narines délicates. Le jeune homme repartait vers l'allée principale quand soudain il tomba sur une cage contenant un prétendant au poste pas dégueulasse à regarder. Des cheveux rose clairs, un air renfrogné...il ne savait pas s'il ferait l'affaire mais cela ne lui coûtait rien d'essayer d'entamer la conversation avec lui.

"Bonjour."

Il resta à une distance raisonnable de l'individu. On ne savait jamais, il n'était peut-être pas très propre ou bien agressif. Est-ce qu'il le comprenait? Comment fallait-il s'adresser à ces bêtes-là?

"Hum...pas terrible comme endroit pour vivre...tu es ici depuis combien de temps?"

   
Code par Keira M. sur Epicode

   
avatar
avatar
uc
Description du caractère de votre personnage : uc
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 17 Jan - 22:01
Sois belle et tais-toi
Featuring Velkan Duca
Te voilà de retour dans cette misérable boutique qui te fait horreur depuis bientôt un an, à force d'y aller et venir, tu redoutes à chaque fois le moment où on te sortirais de ta cage pour rejoindre une nouvelle famille, une nouvelle maison à laquelle s'acclimater de nouveau, s'attacher avant que tout ne s'effondre de nouveau. Une bien belle illusion qu'on t'a fait boire toute ta vie, masquant d'un drap de soie les horreurs que l'esclavage recèle.

Pourtant, lors de ta seconde rééducation, il n'y sont pas allé de main morte, sachant qu'ils avaient affaire désormais à un rebelle, il fallait tout faire pour t'amadouer. Et ils n'étaient pas dupes : Tu aurais pu minauder aussitôt le premier coup échangé, mais ils savaient que ce n'était qu'un voile pour les adoucir. Mais ils vous sous-estiment encore un peu...

Tu es fatigué déjà à 20 ans, de vivre comme un simple animal. Non, il y a des humains qui traitent leur animaux mieux que ça. Tu as essayé la vie sauvage, mais il faut croire qu'elle ne te convient pas. Alors tu rêves. Tu rêves de ce jour où tu serais à l'égal d'un autre bipède, traité comme tel.

Ta queue remue nerveusement et tu restes assis dans un coin de ta cage, recroquevillé et la tête reposant sur tes bras, rêveur, ne regardant que le vide en face de toi.

Une agitation te sort de ta torpeur, les pokémon alentours se révèlent nerveux, une rumeur annonce la venue proche d'un client dans cette allée. Tu hausses les épaules et te renfrognes en espérant que personne ne te remarque.

Hélas, et tu la maudis depuis bien longtemps cette couleur de pelage, à cause des divers ennuis qu'elle a pu t'apporter, il te remarque, ce client. Tu le sais, il t'interpelle, alors tu tournes le visage vers lui et l'observes d'un mauvais oeil, comme si tu allais le mordre. Après tout, pourquoi il t'adresse seulement la parole ? Ta technique est de te montrer le plus hostile possible pour donner des raisons afin qu'on ne t'adopte pas.

Qu'est-ce que ça peut t'faire ?!

Mais c'est sans compter l'intervention du vendeur, qui vient d'abord pour conseiller son client, mais aussi pour te remettre à ta place. Car tu le crains, ce gros bonhomme barbu et chauve, il possède cette canne qui ne lui sert pas vraiment à marcher. Et le simple contact de la pointe contre les barreaux de ta geôle te fait frémir d'effroi tes oreilles. Tu te recules, méfiant, en garde, tandis qu'il te réprimande d'une part et se montre mielleux avec le jeune homme d'autre part.

Bonjour Monsieur ! Puis-je vous aider ? Vous cherchez un pokémon évidemment ! Pour quel genre de tâches ? Je peux vous en recommander quelques uns, si vous le souhaitez ! Celui-ci, je pourrais vous le conseiller pour la cuisine, mais il est un tantinet... mal éduqué.

Evidemment, il ne va pas trop te descendre, il doit vendre sa marchandise le bonhomme, mais il doit prendre garde à ne pas mécontenter aussi sa clientèle. Ton poil se hérisse légèrement et tu souffles discrètement pour souligner ses propos.

Ksst !

'Suffit ! Sois poli avec le client !


Il redonne des coups de bâtons contre les barreaux, te faisant fléchir face à la menace. Tu inspires profondément et feintes une courbette polie en marmonnant :

" Bonjour, monsieur, que puis-je pour votre service ? "

Ce texte, tu l'as appris par coeur dès ta plus tendre enfance. Ce n'est que récitation et le ton employé le démontre magnifiquement bien, comme si tu étais un robot. Mais tu es surtout sarcastique.

@Tic Tac Frey
Invité
avatar
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alola Island :: Le défouloir :: Topics obsolètes-
Sauter vers :