AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

[Flashback] Les origines

 :: Le défouloir :: Topics obsolètes Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 24 Jan - 18:03
Ecole buissonnière
Featuring Blesk
Beau jour pour faire une excursion en classe entière avec ses camarades afin d'enrichir ses connaissances avec de la pratique. Vous ne pouviez certes pas sortir de l'île, pour des raisons évidentes, mais les voyages scolaires ne manquaient pas de charme, surtout pour apprendre les origines de l'île, de sa naissance à aujourd'hui.

Cela faisait bien un mois que le volcan n'avait pas vomi ses coulées de lave, aussi, il était temps de se rendre sur les lieux pour voir du paysage. L'enseignant avait demandé bien sûr l'assistance d'un professionnel, un volcanologue, sans doute, pour expliquer le phénomène des volcans en général, mais à vrai dire, tu ne te souviens pas de grand chose de la suite du cours car tu avais eu dans l'idée de profiter de cette sortie pour faire ta propre excursion, mais pas seul.

Carbon, ton frère noctali, avait été trop frileux pour tenter l'expérience, trop sérieux et curieux d'apprendre. Aeryne, votre camarade nymphali, aurait balancé aux professeurs votre intention. Par contre, Blesk était à 100 % avec toi. Suffisamment survolté pour te suivre dans tes galipettes, il arrivait souvent à te surpasser en fait, ce qui donnait plus de profondeur à vos aventures encore que ce que tu ne l'imaginais. Alors évidemment, dès que tu avais un bon plan, il était le premier sur le coup !

Votre plan était simple, vous ne l'aviez pas mijoté toute la nuit, non, vous veniez juste de l'élaborer, là, sur place, comme c'était une pulsion soudaine. Tu l'avais pris à part et lui fis un signe de tête :

" Dis... On s'casse ? J'irais bien en bas, là. "

Genre visiter le cratère, tu regardais le fond du cratère avec un air envieux, et ton regard se tourna vers Blesk pour avoir sa confirmation.

Tu pensais aussi qu'il étais nécessaire que tu lui exposes ton plan pour lui donner encore plus envie de t'accompagner, parce que seul, c'est moins drôle.

" On attend un peu, que le groupe redescende, et on leur fausse compagnie. Comme ça, ils nous verront pas et ils ne remarqueront pas notre absence avant la fin de la descente ! T'es partant ? "

Une idée de génie, quoi !

@Tic Tac Frey
Invité
avatar
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 2 Fév - 19:04
  • Blesk
  • Vanad
[Flashback] Les origines
Ce que je pouvais m’ennuyer. J’étais entouré de nazes de quinze à seize ans qui ne faisaient que suivre le prof et son invité alors qu’il y avait bien mieux à faire en pleine sortie scolaire. Ouais, j’avais beau être un adolescent du haut de mes quinze ans comme tous les autres, j’avais nettement plus d’ambitions qu’eux. Au moins, moi j’étais intéressant. Je connaissais aussi plein de trucs intéressants à faire lors de cette sortie scolaire qui n’étaient évidemment pas planifié par le professeur. J’avais envie de m’en aller tellement tout ça était barbant. C’est pourquoi je n’écoutais pas un traitre mot de ce que le spécialiste à deux balles pouvait bien expliquer au reste du groupe. Moi, je m’en foutais royalement. J’avais juste envie de m’amuser un peu et de me balader dans les divers sentiers près du volcan. Je voulais aussi savoir s’il était encore brûlant, peut-être même voir ce qu’il y avait en son sommet. Pour cela par contre, je devais m’éloigner du groupe.

Regardant tout autour de moi, je finis par voir Vanad s’approcher de moi et me prendre à part des autres. Nous étions assez complices lui et moi. C’était bien parce qu’on était des rebelles dans l’âme. Ce qui nous faisait chier, on le clamait haut et fort et on ne prenait pas de pincette pour le faire. Je le regardai et hochai de la tête à son plan. Il avait le même culot que moi lorsqu’il était question de franchir les interdits et de faire des bêtises. Enfin, parfois on se prenait la tête, mais on arrivait à vivre l’un à côté de l’autre.

- Ça marche pour moi, mais j’veux aller voir le sommet du volcan plus tard alors. De toute façon cette sortie scolaire craint un max. Au temps pour moi de partir le plus vite possible de cette ambiance de merde.

Je grognai et fronçai les sourcils, impatient de mettre le plan du Mentali en place. Je pus voir que le spécialiste parlait encore avec le prof et les autres élèves. Je restai en retrait, mais pas trop pour ne pas donner de fausses impressions à l’instituteur. Les humains craignaient alors, être loin d’eux c’était le top. Je voulais simplement prolonger ce moment encore un peu, quelques heures tout ou plus.  Je ne voulais pas abandonner mon frangin non plus. J’avais espoir qu’on se retrouve de nouveau ensemble dans quelques années. Enfin, l’espoir faisait vivre….de ce qu’on disait.
442 mots
avatar
avatar

Description du caractère de votre personnage : Mon maître : Svet Srednybrat

Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Sam 4 Fév - 16:58
Ecole buissonnière
Featuring Blesk
Tu hoches la tête avec un petit sourire en coin pour exprimer ton enchantement et ton accord pour son plan à joindre au tien. Tout est parfait, il n'y a plus qu'à l'appliquer, mais pour vous couvrir, il fallait que tu demandes l'aide de Carbon. Tu savais qu'il ne viendrait pas, mais par contre, il ne saurait pas te refuser de te venir en aide, surtout qu'il s'agit de te couvrir pour une bêtise. Bien sûr, lorsque tu le mets dans la confidence, il n'a pas confiance, se renfrogne et hésite à t'aider, pensant une énième fois que tu prenais des risques inutiles. Mais avec un peu d'insistance, tu réussis à le convaincre et il te promit qu'il vous couvrirait si jamais votre disparition s'avérait remarquée.

Au bout d'une bonne dizaine de minutes de pur ennui, alors que les élèves écoutent attentivement, Blesk et toi, à l'arrière du groupe en train de flâner et de soupirer, ils finirent par entamer le retour. C'était le moment ! Tu donnes un coup de coude au voltali et lui fais un sourire complice.

" On y va. "

Vous vous séparez alors de la classe discrètement en vous réfugiant derrière d'énormes rochers capables de vous soustraire de la vision inopportune des éventuels élèves qui pourraient vous balancer, mais visiblement tout se déroula comme sur des roulettes. Tu chuchotas :

" On attend un peu ici, le temps qu'ils soient éloignés, comme ça, on sera tranquille. Alors, on commence par le sommet ou le cratère ? "

Puis une nouvelle idée te vint à l'esprit ! Tu étais jeune et tu aimais bien prendre ta forme pokémon, insouciant des conséquences que cela pouvait avoir sur ta nudité qui suivait. Au contraire, tu étais farouche et tu te plaisais sous cette forme plus légère pour faire des cabrioles, bien qu'il n'était pas recommander en classe de le faire, car c'était mal vu, en vérité.

" On se transforme ? Ce serait plus pratique ! "

@Tic Tac Frey
Invité
avatar
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mer 8 Fév - 21:00
  • Blesk
  • Vanad
[Flashback] Les origines
J’attendais avec le peu de patience que j’avais que le groupe, le prof et le spécialiste des volcans ne s’éloignent pour redescendre de l’endroit où nous étions tous. J’avais hâte qu’ils se barrent et que je puisse enfin profiter réellement de cette sortie en plein air. Rien de tel que de pouvoir vagabonder ici et là dans la nature et fouler de mes pieds ou de mes pattes le sol rugueux de cette terre volcanique. Quand il était question de faire abstraction des règles, j’étais le premier à être dans le coup. Je détestais être contrôlé, domestiqué et restreint. J’étais un putain d’être vivant et personne ne pouvait me soustraire à ce que j’étais réellement. J’avais le droit de vivre comme je l’entendais, peu importait ce que les humains pouvaient en penser. Je me foutais bien d’eux de toute façon.

J’étais en train de fusiller mentalement du regard le volcanologue et l’instituteur quand Vanad me donna un coup de coude dans les côtes. Je grognai de mécontentement, décidant de lui dédier au final mon regard noir et finit par comprendre que le groupe redescendant vers le centre de dressage. J’imaginais bien le prof tout en bas du volcan compter ses chers petits hybrides et voir qu’il lui en manquait deux. J’avais bien vu le Mentali rejoindre discrètement son frère Noctali pour une aide à notre plan, mais je n’en avais pas fait de cas. Même s’il trouvait une bonne excuse pour notre disparition, nous allions écoper cher en revenant au bercail. Pourtant, ça ne me faisait pas peur. J’étais jeune, en santé et je savais que je pouvais en prendre beaucoup avant de flancher. J’avais cet orgueil que beaucoup jugerait mal placé. Cependant, pour moi, cet orgueil m’aidait à ne pas craquer ni devenir dingue.

- Okay, je te suis.

Nous nous cachâmes derrière de gros rochers et attendirent un bon moment avant d’en sortir. J’écoutai les propos de Vanad et haussai des épaules à sa question concernant le cratère ou le sommet du volcan. Dans un cas comme dans l’autre, nous allions explorer un recoin inconnu de nous deux. Je finis par lui répondre tout de même, ne voulant pas le laisser dans le silence.

- Allons dans le cratère comme l’escapade hors cours est ton idée première. On ira ensuite au sommet du volcan pour voir de haut toutes ces petites merdes humaines qui nous font royalement chier.

Après cela, je le vis s’exciter et je roulai des yeux. J’avoue ne pas être aussi expressif que lui, mais tout de même, je savais me contenir. J’affichais mon air boudeur habituel, ne sachant pas du tout comment sourire. Cela m’était inconnu à comparer à mon frère qui lui, de ce que je me souvenais, souriant constamment. Je finis par me dévêtir sans pudeur derrière les rochers, entassant mes vêtements dans un tas et me transformai en Voltali. Je m’ébrouhai et allai donner des coups de museau à Vanad pour qu’il se grouille. Je n’avais pas que cela à faire d’attendre après lui. Au moins sous cette forme nous pouvions toujours communiquer de vive voix. Nous nous comprenions.

- Le dernier dans le cratère est le prochain joujou d’un humain graisseux et boutonneux!

Puis, je m’élançai en direction du cratère, m’y jetant sans peur, sautant de rocher en rocher pour descendre dans ce nouveau périple qui était le mien, mais aussi celui de mon camarade Mentali.
601 mots
avatar
avatar

Description du caractère de votre personnage : Mon maître : Svet Srednybrat

Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Sam 11 Fév - 21:15
Ecole buissonnière
Featuring Blesk
C'est sûr que Blesk et toi n'aviez pas le même tempérament, toi tu étais plus expressif que lui était plus survolté, déjà une graine de rebellion plus avancée que toi. Bien sûr, tu avais ce goût pour l'aventure, la curiosité, l'envie d'enfreindre les règles pour explorer les limites, mais pas à l'encontre des humains, tu les respectais à peu près, encore aveuglé par les cours et surtout freiné par ton frère Carbon qui était en admiration devant eux. Quand il te regardait avec ses yeux brillants d'admiration pour les hommes, tu haussais les épaules et ne pensais pas vraiment à l'avenir ni sur qui tu pourrais tomber le jour de l'adoption.

Et c'est le cas aujourd'hui, tu fonces sans penser aux conséquences, tu as juste envie de nourrir ta curiosité, loin d'avoir cette animosité envers les humains comme Blesk. Alors cette antipathie qu'il partageait à haute voix te fit tressaillir, mais comme tu le connaissais, anticipais sa réaction, tu te retins de dire quoi que ce soit, pour éviter tout débat inutile. Car, clairement, ça aurait été un dialogue de sourds.

Alors que ton camarade de bêtises prenait le temps de se dévêtir et de plier son linge, toi, tu pratiquais la métamorphose dans tes vêtements, profitant de la réduction de ta taille pour te défaire tes oripeaux aussi facilement. Le temps d'en sortir et tu te retrouves nez-à-nez avec ton sosie électrique qui te presse. Mais dégourdi que tu es, te voilà empêtré dans tes vêtements et le défi qu'il te lance t'emmêle davantage dans ta précipitation à vouloir le relever. Tu t'exclames :

" Hé ! C'est de la triche ! "

Tu secoues tes pattes pour retirer le tissus qui te bloque et t'élances à sa suite, alors qu'il est déjà loin devant. Tu n'es pas aussi rapide que lui, c'est sûr, ton point fort n'est pas dans le physique, mais quelque part dans le coeur, une force que tu ne soupçonnes pas vraiment, et qui t'est inutile sur l'instant de toute évidence. Tu le suis sur la pente abrupte pour descendre dans le cratère, mais tu es plus prudent, car incertain de tes pas. Cependant, ça ne t'empêche pas de l'interpeller :

" Attends-moi ! "

Vous arrivez enfin en bas, tu es en sueur, à cause de la chaleur encore omniprésente malgré le sommeil du volcan, et tu aperçois plus loin des restes de coulées de lave encore fumantes. A l'arrêt, tu sens tes coussinets cuire lentement et tu te retrouves à sautiller d'une patte sur l'autre avec inquiétude.

" Hola ! C'est encore chaud ! C'est pas un peu dangereux ? "

Tu te dégonfles légèrement à l'idée de te blesser lors de ce périple. Mais en prenant en compte la réaction éventuelle de Blesk, tu te restreins dans les plaintes et te pinces les lèvres, pour éviter de pleurnicher sur ta mauvaise idée. Tu es du coup partagé entre continuer ou rebrousser chemin pour remonter au sommet, là où le voltali voulait aller. Tu regardes en haut du cratère, sens ton regard se troublé, mais tu mets ça sur le compte de la chaleur et de la fumée. Ou peut-être l'odeur de soufre ? L'atmosphère n'est franchement pas sain ici. Et le point de ciel qui apparait te semble si lointain qu'il t'en donne le vertige.

T'avançant auprès de Blesk, tu gémis un peu, sous-entendant ton désir de ne pas rester ici...

" Il fait chaud ici... "

@Tic Tac Frey
Invité
avatar
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Sam 18 Fév - 1:12
  • Blesk
  • Vanad
[Flashback] Les origines
La première chose que je remarque en descendant jusqu’en bas du cratère c’est la chaleur oppressante qui y règne encore malgré que le volcan eu été en éruption quelques mois plus tôt. En fait, c’était logique. Il devait y avoir encore présence de lave dans les souterrains du volcan, juste sous nos pattes. Nos coussinets étaient beaucoup plus sensibles que la peau de nos pieds humains et cela se ressentait assez vivement. Je vis du coin de l’œil mon camarade Mentali arriver après moi tout en sautillant sur ses pattes cherchant à ne pas cuire sur place. Cela me fit ricaner un peu, mais je ne dis rien de plus.

Je m’avançai dans le cratère et je vis un peu plus loin de la lave encore fumante. Donc, il devait y en avoir tout autour de nous entre les murs de pierre de ce cratère. Cela m’excitait un peu de me rendre compte qu’on se trouvait dans une partie même du volcan. J’avais envie de continuer de visiter malgré la chaleur étouffante et l’odeur assez nauséabonde que dégageaient la lave et la pierre de cet endroit. Je n’étais pas aussi anxieux que Vanad cependant. Ce dernier commençait déjà à se plaindre alors que le périple commençait à peine. Cela me fit grogne et je le fusillai du regard, passablement agacé.

- Tu es vraiment une vraie poule mouillée, Vanad. Un peu de chaleur ne va pas te tuer. Tss.

Je roulai des yeux et continuai d’avancer entre les sillons du cratère, me faufilant tant bien que mal dans les profondeurs fumantes du volcan, essayant de faire abstraction du fait qu’il faisait réellement très chaud et que mes coussinets devenaient de plus en plus sensibles à cette chaleur. S’en était presque douloureux, mais je ne voulais pas flancher. C’était mon égo qui était en jeu! Vanad pouvait bien se dégonfler, mais pas moi!

- Avance et tais-toi un peu. C’est pas siiiii chaud que ça. Tu as les coussinets trop sensibles.

Je marchai lentement, patte après patte me faufilant encore entre des rochers assez brûlant qui me firent un peu mal sur le coup, mais je serrai les dents et continuai mon chemin. Je jetai un coup d’œil au Mentali derrière moi pour voir s’il me suivait.

- On va jusqu’au bout du cratère, puis on rebroussera chemin pour remonter ensuite. Enfin, si tu t’en sens capable. Il doit rester environs quinze mètres de distance à parcourir. Je te retiens pas, mais tu seras un raté à mes yeux.

Je le narguais un peu pour le faire réagir. Je trouvais que sur le coup, il ressemblait trop à son frère jumeau, Carbon. Il semblait presque être sur le point de pleurnicher et je détestais ça. Je n’allais certainement pas devoir m’occuper d’un bébé Mentali en plus de moi-même. Non merci.
490 mots
avatar
avatar

Description du caractère de votre personnage : Mon maître : Svet Srednybrat

Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Mer 22 Fév - 18:55
Ecole buissonnière
Featuring Blesk
Tu n'aimais pas du tout qu'on te traite de poule mouilée, alors que tu ne faisais que t'inquiéter, éventuellement, peut-être pour rien... Du coup, dans ces moments-là, tu ressemblais énormément à ton jumeau Carbon, en prenant sa place dans les duos où il manquait le côté "prudent" des caractères. Et effectivement, vous vous étiez un peu lancés dans l'aventure sans penser aux conséquences que cela pourrait avoir simplement sur vous, telle que la chaleur... Alors tu bougonnes et continues néanmoins d'avancer, en regardant où tu mettais les pattes pour éviter de carboniser tes coussinets sensibles.

" Je suis pas une poule mouillée... J'ai juste chaud... J'suis pas un pokémon électrique, moi... pfff... "

Tu te parlais plus à toi-même qu'à Blesk, vexé par ces paroles, mais sans pour autant le bouder, car d'une certaine façon, tu admirais son impétuosité. Tu te demandais aussi s'il ne ressentais rien par rapport à la chaleur, mais le connaissant, même si tu lui demandes, il ne dirait rien car il est trop fier. C'était Blesk. C'était toi qui donnait les idées farfelues, mais c'est lui qui menait la danse, c'était toujours ainsi, car il fonçait plus volontiers tête baissée que toi qui réfléchissais trop par moment.

Sautillant de roches en roches en suivant tant bien que mal le voltali, tu arrivas à sa proximité alors qu'il te proposait son plan. Tu sautillais évidemment d'une patte sur l'autre, en évitant de gémir, car tu n'aimais pas être réprimandé, mais tu hochais la tête, ayant confiance en lui, puisqu'il semblait sûr. Par contre, il ne pouvait pas s'empêcher de te railler, ce qui te fit rétorquer avec un regard sombre :

" Ouais, ça va, j'te suis... "

Ca te blasait d'être pris ainsi, mais bon, il ne t'offrait pas le choix, déjà que tu t'étais récolté un sale défi que te devoir subir le service d'un humain gras et boutonneux, comme tu avais perdu la course. Alors si en plus, tu devais subir les railleries gratuites de ton ami... Sans façon. Tu bougonnes encore.

" J'suis pas un raté... Tu vas voir ! "

Et du coup, tu prends les devants cette fois, pour lui prouver ta valeur, sautant rapidement d'un rocher à un autre. La chaleur semblait devenir de plus en plus intense, et tes coussinets brulaient. Mais tu serrais les crocs pour ne pas laisser monter les larmes dans tes yeux, tant tu souffrais. Si vous aviez gardé vos chaussures, ça aurait été plus simple. Mais tant que tu gardes pas tes pattes au sol, la douleur semble passer, profitant du contact avec l'air un peu plus frais pour soulager les brulures qui grignotaient la peau cornée des mes doigts. Tu aurais été sous forme humaine, par contre, tu étais sûr que tu aurais été en sueur, à cette température, tandis que sous forme de mentali, ta fourrure te permettait de tempérer ton corps pour t'adapter à l'ambiance. En revanche, il s'agissait désormais de température extrême et tu n'étais pas sûr du résultat sur ton corps sur le long terme. Tes oreilles étaient basses, et tu voulais faire l'aller-retour aussi vite que possible, mais avant tout, fallait-il atteindre le bout.

Tu ne faisais que regarder droit devant toi, sans te préoccuper de Blesk, puisqu'il t'avait mis au défi, il devait en être tout aussi capable que toi. Alors tu ne t'inquiétais pas pour lui. Par contre, tu t'inquiétais beaucoup plus sur ce qui se profilait droit devant : une poche de gaz venait de se percer sous ton passage, te surprenant à un point que tu fis un écart sur le côté en couinant de surprise :

" Hic ! "

Ignorant de quoi il s'agissait, tu te sentis soudain moins rassuré encore qu'au départ, perdant tout ton courage que tu avais rassemblé pour relever le défi de ton compagnon de route. Tu avais clairement senti la chaleur souffler sur ton corps, manquant de brûler tes poils. Alors ça, c'était pas prévu.

" Blesk ! C'est trop dangereux, par là... Il faut trouver un autre chemin ! "

Tu fis mine de refaire marche arrière, pour croiser le pokémon ambré et lui toucher le bout du nez, comme pour te rassurer.

" J'suis p't'être une poule mouillée, mais j'ai pas envie de devenir un poulet rôti ! "

Cette fois, tu en avais ta claque. Non pas que tu avais peur, mais il te semblait démesuré d'aller plus loin. Tu n'avais en effet pas envie de te blesser, parce que se blesser ici, pouvait aussi bien vous mener à la mort, et ce n'était pas le but de l'expédition. Tu voulais juste t'amuser, toi, pas te suicider. Tu l'affrontes du regard pour savoir ce qu'il faisait. Parce que s'il continuait, aussi têtu était-il, tu ne voulais pas l'abandonner non plus, au cas où. Bien que tu serais quand même vexé qu'il te traite encore une fois de poule mouillée. Tu n'étais pas un pleurnichard non plus, tu étais un minimum prudent, tout simplement.
@Tic Tac Frey
Invité
avatar
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mar 7 Mar - 21:11
  • Blesk
  • Vanad
[Flashback] Les origines
Mes railleries et mes provocations avaient eu l’effet escompté. Vanad était fier, peut-être pas autant que moi, mais il avait sa propre fierté. Je la lui remettais toujours au visage alors, cela devait l’irriter un max et je trouvais ça amusant dans mon for intérieur. Mon visage n’exprimait rien, ne sachant pas sourire, l’amusement ne pouvait se lire que dans mes orbes noires. C’était tellement facile de piquer au vif le Mentali et de lui faire faire n’importe quoi par orgueil et défi. J’étais pareil que lui, mais en un peu plus extrême. Mon orgueil était très grande, énorme et tout le monde le savait, enfin, autant les hybrides que les humains. Dans leur cas, ils le savaient très bien parce que je n’obéissais jamais aux ordres qu’ils me donnaient. Je n’étais pas leur potiche oh ça non!

Je vis du coin de l’œil Vanad s’énerver et prendre les devants, trouvant cela encore plus amusant, mais je le suivis aux pas de course. J’étais fier de moi de l’avoir convaincu de continuer l’exploration jusqu’à la fin du tunnel. Je savais que c’était dangereux et même inconscient, mais j’étais trop excité à l’idée de faire cette expédition que nous deux pour m’en soucier. Le sol était très chaud sous mes pattes et je faisais tout pour ignorer la douleur qui se propageait dans mes coussinets délicats et sensibles. Je n’étais pas une poule mouillée, ni même un perdant et je ne pouvais donc pas perdre la face devant le Mentali. J’allais aller au bout de ce couloir rocheux coûte que coûte et ce, même si c’était délibérément suicidaire de le faire. C’est là que je vis Vanad éviter de justesse une poche de gaz qui se mit à sentir très fort le souffre ce qui me fit tousser un peu. Je le vis même rebrousser chemin en marche arrière vers moi, anxieux et frôler ma truffe de son corps, voulant clairement repartir. Pour toute réponse à ses paroles et sa voix tremblante, je lui grimpai dessus et passai devant lui.

- Je ne pars pas tant que j’ai pas atteint le fond de ce tunnel. Reste là si tu veux, mais moi je vais franchir les derniers mètres restants.

Je me mis à marcher prudemment, une patte devant l’autre, jetant un coup d’œil derrière moi pour voir mon compagnon, ne sachant pas encore s’il allait me suivre ou pas. La chaleur sous mes coussinets devenait infernale et je me mis à me dandiner un peu sautillant une patte sur l’autre pour tenter de soulager la douleur. C’est à moins de deux mètres de mon but que je m’arrêta, suant à grosses gouttes et haletant, m’ébrouant pour tenter de garder le focus sur mon objectif, sans succès. L’odeur de soufre et la chaleur commençaient à venir à bout de mon endurance et de mon entêtement bien malgré moi. Je finis par me retourner, frôlant la roche chaude de mon flanc, couinant sur le coup de la brûlure et détalant vers le Mentali, lui fonçant dessus pour lui intimer de reculer ou de se retourner pour partir.

- C’est bon, je commence à avoir la tête qui tourne et à suffoquer. On aura fait ce qu’on a pu…

Je ne me sentais pas fier du tout sur ce coup-là, mais je n’étais pas suicidaire…enfin…pas spécialement. Je n’avais aucune envie de mourir dans une crevasse sous un volcan de nouveau endormi depuis à peine un mois ou deux. J’avais quinze ans! Je n’avais même pas encore vécu réellement et j’avais envie de vivre et de faire plein de choses! C’est pourquoi je donnai quelques coups de museau contre Vanad pour qu’il se bouge un peu, histoire que nous remontions à l’air libre, loin de tout ce soufre et de cette chaleur étouffante.
669 mots
avatar
avatar

Description du caractère de votre personnage : Mon maître : Svet Srednybrat

Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alola Island :: Le défouloir :: Topics obsolètes-
Sauter vers :