AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Hasard de mes deux, merci

 :: Le défouloir :: Topics obsolètes Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 29 Jan - 22:40
Sois belle et tais-toi
Featuring Ezzio Di Verruchio
Tu avais promis que tu ne te ferais pas attraper, tu avais juré de défendre tes convictions, mais tu as échoué. Et après un bon mois, ou deux, tu as perdu la notion du temps, de rééducation, tu es de nouveau enfermé dans cette cage, physiquement docile pour avoir la paix des vendeurs, mais toujours aussi rebelle dans ton esprit. Quoiqu'ils ont réussi à te briser une nouvelle fois, cette fois, ce n'est pas dans ton corps que tu es malade, mais ton coeur est affaibli et cela se voit dans ton regard vide.

Il y a quelques mois de cela, tu avais déjà failli y passer. A force de manquer de nourriture saine et en quantité suffisante comme tu avais été élevé, tu t'es affaibli, tu as attrapé des maladies et tu n'arrivais plus à te guérir convenablement. Tu as fini couché au sol pas loin d'une résidence, alors qu'ils te pourchassaient, les traqueurs. Un homme t'a sauvé, et il t'a relâché après t'avoir prodigué des soins qui t'ont permis à nouveau de marcher. Ca avait duré une ou deux semaines, ce n'est plus très clair pour toi, tu avais craint qu'il te garde prisonnier chez lui, ou qu'il te ferait payer, mais rien de tout ça. Il t'a simplement laissé partir et, alors que tu l'admirais et le remerciais, tu lui avais promis de ne pas te faire avoir par les traqueurs.

Malheureusement, tu es là, dans cette cage d'un mètre cube, à regarder les heures passer, assis dans le coin, sans réagir. Tu es comme mort dedans, te nourrissant peu, avec les gamelles qu'ils te donnaient, buvant de temps en temps, répondant aux clients d'un simple hochement de tête, pas de sourire, pas même un regard expressif. Tu es ici depuis quelques semaines, à attendre peut-être que la mort finisse par t'adopter.

Bien sûr, le vendeur n'était pas satisfait de ta prestation face aux clients, tu n'es pas assez convaincant, les gens ne veulent pas t'adopter car tu n'es pas assez vivant. Il ne peut pas te frapper avec un bâton, ça laisse des traces, en revanche, il t'en fait baver en espérant te tirer une réaction, en vain, ce qui l'énerve encore plus. Au final, il finit par te mettre à l'écart de la boutique, et ne s'occupe plus vraiment de toi, juste le strict minimum syndical.

Puis un jour, c'est le miracle. Tu ne pensais pas que c'était son genre à venir se trimballer dans cette boutique, miteuse déjà, mais surtout d'adoption de pokémon. Tu ignorais qu'il avait ce genre de lubie, à adopter les tiens ainsi. Mais tu as reconnu son odeur, premier signe de réaction de ta part. Non pas qu'il sentait fort, mais il avait une odeur caractéristique que tu reconnaissais entre toute, l'associant à un secours inopiné. Tu te redresses, dresses tes oreilles et entends cette voix. Et tu le vois.

Ezzio ?!

@Tic Tac Frey
Invité
avatar
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 29 Jan - 23:38
Hasard de mes deux, merci !

Vanad & Ezzio di Verruchio

  Non vraiment, Ezzio n'aimait pas cet endroit qu'était le magasin d'hybrides. Bien qu'il soit assez insensible à ce qui pouvait arriver aux hybrides, il n'aimait quand même pas voir les regards malheureux qui semblait monnaie courante ici. Et, malgré les apparences, lui-même n'était pas ici pour achats. S'il était venu là, c'était simplement pour discuter affaires avec l'un des vendeurs. Récemment, il avait fait l'acquisition -un peu particulière et sur un coup de tête- d'un hybride gigolo. Ce dernier avait passé un accord avec l'un des vendeur du magasin pour que celui-ci le laisse partir de temps en temps s'envoyer en l'air avec qui voulait bien. En échange de quoi, l'argent qu'il gagnait, il le redonnait au dit vendeur. Sauf que ce type là n'en était pas à son coup d'effet. Ce n'était pas la première fois qu'il trempait dans des histoires de prostitution et il avait un casier assez fournit en faite. Mais, comme l'homme était malin, la police n'arrivait pas à le prendre la main dans le sac. Cependant, à force d'observation, l'italien avait finalement compris le petit manège qui se tramait entre le récidiviste et l'hybride lubrique. Alors, avec photos à l’appui, le policier s'était présenté à l'homme, le menaçant de le mettre derrière les barreaux s'il ne lui cédait pas l'hybride qui lui ramenait son argent. Le tout gratuitement bien sûr. Refusant catégoriquement d'aller en taule, l'homme avait cédé sans demandé son reste l'hybride. Ainsi Ezzio s'était-il retrouvé avec un Nymphali sur les bras.

Mais du coup, que faisait-il ici ?
Le vendeur étant suspicieux, il avait demandé à l'inspecteur de lui ramener toutes les photos compromettantes qu'il avait. Ainsi pourrait-il s'en sortir de nouveau tranquillement. tout du moins, c'était ce que croyait cet imbécile. Car, s'il y avait bien une chose que le borgne n'aimait pas, c'était la prostitution. Et rien que pour ça, il ne laisserait pas ce proxénète s'en tirer. Peut importe que cela touche des humains ou des hybrides : pour lui, ça restait l'une des pires pratiques qui soit. Après, il faisait exception des personnes qui faisaient ça pour elles-mêmes simplement car elles aimaient ça. Ça, c'était encore autre chose.  
Large enveloppe cachetée sous le bras, les poings enfoncés dans les poches de sa longue veste, l'homme passa la porte du magasin d'un air nonchalant. Il ne s'attarda pas sur les cages et les hybrides en tous genres qui régnaient ici. Il était là pour affaire après tout. Se mettant à marcher en direction du fond du magasin, il s’arrêta net en reconnaissant une voix familière. Enfin, dire qu'elle était familière était peut être beaucoup mais ce qui était sur, c'était qu'il avait reconnu à qui elle appartenait.

Se retournant en direction de la dite voix, il ne mit pas longtemps avant de poser son regard sur une tignasse rose pâle à demi mangée par un bonnet sombre. Son œil unique s'écarquilla un moment de surprise avant que son visage ne reprenne son calme habituel. S'approchant de la minuscule cage dans laquelle se trouvait le Mentali, Ezzio s'accroupit pour être à sa hauteur, ne pouvant pas s'empêcher de lui offrir un petit sourire mi-amusé, mi-étonné.

- Heureusement que tu avais promis que tu ferais attention, hein ?... Comment t'as fait pour te retrouver là ?

avatar
avatar

Description du caractère de votre personnage : • Ambivalent • Célibataire • Italien • Borgne • 1m82 • Maitre de Vénus et Vanad • Sait utiliser une arme à feu • Excellant combattant au corps à corps • Bourru • Franc • Séducteur • Peu loquace • Doux • Gentil • Manipulateur • Lubrique • Professionnel • Intransigeant • Pilier de bar • Têtu • Violent • Sadique • Masochiste • Gros fumeur •

Voir le profil de l'utilisateur http://alola-island.forumactif.com/t129-bang-bang-i-shoot-you-do



       
Boys in Pink
« The ultimate measure of a man is not where he stands in moments of comfort and convenience, but where he stands at times of challenge and controversy »
Revenir en haut Aller en bas
Lun 30 Jan - 20:29
Sois belle et tais-toi
Featuring Ezzio Di Verruchio
Tu n'arrives pas à en croire tes yeux, ni tes oreilles, enfin tes sens, quoi, qu'il est là et qu'il se fout de toi, même. C'est tout lui, en vrai et ça ne fait que confirmer ce que tu redoutes, du coup, il plante le poignard dans ta poitrine et tu détournes le regard d'un air blasé, esquissant un sourire ironique en répondant :

Oui bon bah...

Tu ne sais pas comment expliquer le fait que tu sois ici, du coup, parce qu'en y repensant, tu t'es quand même bien fait avoir comme un bleu, quoi. Tu n'oses pas affronter son regard et baisses le oreilles d'un air triste, perdant ton sourire.

Il y a de plus en plus de traqueurs, comme les gens viennent de plus en plus ici pour avoir des pokémons de compagnie. Du coup, il y a de plus en plus de restrictions... Tu connais un peu, comme t'es de la police...

Face à cette réalité, tu es perdu, tu ne sais pas quoi faire. Tu ignores si ta situation actuelle est plus enviable que celle de fuir tout le temps dans la nature, face à des pièges, des humains, des armes aussi. Car parfois, les pokémons pouvaient être tués, et ça, ça te fait peur. Tu ne veux pas mourir, mais passer ta vie à servir un humain est tout aussi pire. Alors quel choix te reste-t-il ? De dépit, tu t'assois au fond de ta cage, tête basse, comme vaincu par la réalité. On le voit que tu es fatigué, sur ton comportement, ton corps, tes épaules sont affaissées, tes oreilles tout autant, le regard est vide. Tu n'as pas gardé longtemps cette lueur qui t'a illuminé à la vision de l'homme, elle s'est éteinte et tu gardes le silence, en entendant s'approcher le vendeur. Il t'a sans doute entendu parler, mais comme il arrive et que tu es silencieux, il ne peut pas te réprimander sous les yeux d'un client, encore mieux sous ceux de celui-ci, vu comme il le craignait.

Tu entends vaguement qu'il propose à Ezzio de te vendre, pour quelques clopinettes. Il n'en explique pas les raisons, ce n'est pas très commercial, sinon. Il essaie de vanter tes talents en cuisine, ton seul talent en réalité, en dehors de celui de fuir, mais celui-ci n'est pas un argument non plus et il omet de le dire. Il essaie de dire que tu ne prends pas de place, que tu manges peu, mais que tu as une tendance à être fragile de santé, finalement, d'où ta faiblesse actuelle.

Et tu te souviens d'avant, où tu étais toujours un bout-en-train, à faire l'idiot avec ton frère, tes pairs, à l'école, une vraie pile, une lumière dans l'obscurité de la réalité. Avant que tu ne réalises combien ce monde est sombre. Tu t'es fait dévorer par la noirceur de l'âme humaine, rongé jusqu'à l'os.

Mais peut-être y a t'il encore de l'espoir ? Tu dresses une oreille vaguement pour écouter ce qu'il se dit avec le vendeur...

@Tic Tac Frey
Invité
avatar
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 9 Fév - 17:09
Hasard de mes deux, merci !

Vanad & Ezzio di Verruchio

Le mentali faisait peine à voir. Son air abattu et presque résigné avait quelque chose d’étonnamment triste aux yeux du policier. Pourtant, il n'était pas du genre à s’apitoyer sur le sort des hybride en général. Après tout, chacun récoltait ce qu'il semait. Mais pour ce gars là, il ne savait pas très bien pourquoi, mais il trouvait que la vie lui offrait un bon lot d'injustices. Certes, il n'était sans doute pas simple à supporter mais il n'était pas désagréable ni méchant. Tout du moins, c'était l'impression qu'il en avait eut. Et, comme généralement ce genre d'impression se révélait véridique avec lui, l'italien avait décidé de s'y fier.
Écoutant Vanad sans mot dire, son cerveau carburait à toute allure.
D'un côté, il n'avait pas envie de le laisser là, ce gamin ne le méritant clairement pas.
D'un autre, il ne pouvait pas se permettre de l'acheter non plus, la somme à investir dans un hybride étant généralement conséquente et au-dessus de ses moyens.
Essayant de trouver une alternative à la chose, l'idée de faire fuir illégalement le mentali commença à s'imposer clairement à lui comme une évidence. Mais la chose allait être délicate. Déjà, il était flic et s'il faisait ça et qu'il se faisait choper, il pointerait certainement au chômage à vie. Sans compter que ça n'éviterait pas à l'hybride de se refaire attraper... Ainsi, sa seule solution valable serait de l'acheter ; mais, encore une fois, on en revenait à son problème d'argent...
Tentant de trouver d'autres pistes, ce fut à ce moment qu'il se souvint de son enveloppe. Après tout, les négociations n'étaient pas terminées tant qu'il avait les preuves avec lui... Et puis, un peu de chantage ne ferait de mal à personne en plus.

Un léger sourire vint marquer son visage mais il s'effaça aussitôt lorsque le borgne entendit la voix familière du proxénète derrière lui. Ne faisant nulle mention de l'enveloppe, il tenta simplement de lui vendre Vanad, de la façon la plus naturelle qui soit. Ezzio l'écouta poliment avant de se rapprocher de l'homme, se penchant légérement vers lui.
A voix basse que seul l'intéressé pouvait clairement entendre, le policier lui força la main pour qu'il lui cède l'hybride rose gratuitement. Le vendeur faillit s'étouffer de colère sous la proposition qui révélait en vérité bien plus de l'ordre. Bien qu'il voulu protester, le simple fait qu'Ezzio lui montra nonchalamment son arme de service calma instantanément le vendeur. Et il avait bien raison de réagir ainsi car notre homme n'aurait pas hésité une seule seconde à utiliser son pistolet si le proxénète lui en avait donné l'opportunité. Même la plus futile fut-elle.

Oscillant entre le rouge de la colère et le blanc de la peur, le vendeur se retourna et se dirigea vers l'arrière boutique. Il en ressortit quelques secondes plus tard avec deux feuilles de papier. La première était l'acte d'achat pour Vénus. La seconde était celui de Vanad. Si aucun argent n'avait été touché par le vendeur, ces deux papiers étaient en revanche tout ce qu'il y avait de plus légal et lui assurait l’entière possession des deux hybrides.
Jetant presque les papiers à la figure d'Ezzio, le vendeur se dirigea vers la cage de l'hybride. Il l'ouvrit en bougonnant avant de se retourner vers le borgne.

- Il est à vous... Il vous faudra une laisse av...

Sous le regard glacial que lui lança l’œil unique, le vendeur préféra ne pas terminer sa phrase. Il tendit simplement la main vers l'enveloppe. Souriant joyeusement, glissant ses papiers d'adoption dans son manteau, l'italien tendit finalement la précieuse enveloppe au vendeur. Sans demander son reste, le concerné la prit et fila dans le fond de la boutique.
Avec un certain empressement, Ezzio sortit son talkie-walkie de sa ceinture, demandant à ce que les unités passent à l'action. Rangeant aussi vit le petit boitier noir qu'il l'avait sortit, il fit signe au mentali de le suivre, lui offrant un sourire joyeux.

- Allez, sort de là, t'es de nouveau libre... Par contre, faudra penser à s'éclipser...

A peine eu-il finit sa phrase que le vendeur bondit hors de l'arrière boutique, les yeux exorbités de rage. Jetant l'enveloppe vide au sol, il se dirigea, mué par la rage de s'être fait rouler, vers le policier.
N'attendant pas la réaction de Vanad, il le prit dans ses bras dans une pose très "princesse" et décampa rapidement vers la sortie. Passant la porte de justesse, le proxénète sur les talons, celui-ci se fit arrêter net en voyant quatre voitures de police s’arrêter devant l'établissement. Plusieurs flics en sortirent, tenant en joue le vendeur alors que celui-ci semblait s'être changé en statue de sel.
Quand à notre italien, il alla se réfugier derrière l'écran que formait les voitures de police, sautillant joyeusement, tout content qu'il était, tenant toujours contre lui l'hybride.

avatar
avatar

Description du caractère de votre personnage : • Ambivalent • Célibataire • Italien • Borgne • 1m82 • Maitre de Vénus et Vanad • Sait utiliser une arme à feu • Excellant combattant au corps à corps • Bourru • Franc • Séducteur • Peu loquace • Doux • Gentil • Manipulateur • Lubrique • Professionnel • Intransigeant • Pilier de bar • Têtu • Violent • Sadique • Masochiste • Gros fumeur •

Voir le profil de l'utilisateur http://alola-island.forumactif.com/t129-bang-bang-i-shoot-you-do



       
Boys in Pink
« The ultimate measure of a man is not where he stands in moments of comfort and convenience, but where he stands at times of challenge and controversy »
Revenir en haut Aller en bas
Sam 11 Fév - 21:39
Sois belle et tais-toi
Featuring Ezzio Di Verruchio
Cette fois, ce sont tes oreilles que tu n'arrives pas à croire, car vu les regards, le comportement de chacun des deux hommes, tu te doutes bien qu'il s'agit bel et bien de toi, et non de la liberté d'un autre pokémon. Enfin "liberté"... disons plutôt "achat" mais sans la monnaie d'échange, plutôt un contrat sous menace. Tu ne pensais pas qu'Ezzio était de cette trempe et tu ne savais pas si tu devais l'admirer pour ça ou alors être répugné. Mais d'après ce que tu avais compris, car tu ne connais pas toute l'histoire, le méchant de l'histoire, c'était le vendeur, pour avoir joué les proxénètes. Remarque en voyant sa tête et son comportement plus qu'exécrable, ça ne t'étonne pas vraiment, cet humain était un sale pervers sadique et tu étais ravi de pouvoir détalé d'ici.

Tu ne te fais pas prier lorsqu'on t'ouvre la porte de ta cage. Tu te redresses, fébrile à cause de ton séjour de plusieurs heures dans cette position inconfortable qu'obligeait la restriction du mètre carré où tu vivais dans cette boutique, et encore abasourdi par ce qu'il t'arrivait. Comme quoi, dans ta malchance, tu as une lueur d'espoir. Tu voulais le remercier, mais tes oreilles te signale que le vendeur a un excès de rage, te laissant encore coi, incapable de savoir comment réagir.

Ce qui tombe plutôt bien, car tu te sens tombé dans les bras de ton nouveau propriétaire et prends juste le temps de t'exclamer :

Hé !

Mais tu es vite interrompu par la course du policier. Cet enchaînement de situation ne te laisse pas reprendre tes esprits et sur le coup, tu laisses le destin décider de ton sort et t'accroches vivement au haut de ton sauveur pour ne pas tomber, en fermant les yeux pour prier mentalement que ça s'arrête. Evidemment, tu es loin de rigoler et tu ignores ce que te réserves cette libération, mais pour l'instant que de mauvaises surprises à ton goût.

Tu rouvres les yeux en sentant qu'il ralentissait le pas et observes la scène qui se présente à toi : des policiers partout, des gyrophares clignotant qui t'aveuglent et t'hypnotisent, un mégaphone interpelle le vendeur, mais tu ne distingues pas tous les mots, tellement tu es sonné par l'agitation. Tu es là, accroché à Ezzio, stupidement.

Et alors, tu te rends compte de la situation gênante et inconfortable dans laquelle tu es, en public, et rougis subitement, lâche le tissus en le repoussant vivement :

Lâche-moi !

A tel point que tu t'éjectes de ses bras et te retrouves les fesses au sol, cognant violemment contre le bitume.

Aoutch !

Là, tu t'es fait mal, mais ta réaction fut si instinctive... Tu ne supportes juste pas une telle proximité, c'est plus fort que toi, bien que sur le coup, tu te sentais vraiment en sécurité et protégé, même si tu ignorais ce qu'il te réservait. Tu te sentais juste bien. Trop bien pour pouvoir le partager au public. Tu avais ta réputation quand même ! Te redressant douloureusement en te frottant le bas de ton dos, un oeil fermé pour exprimer combien tu avais mal, tu te mets debout à ses côtés et lui demandes faiblement :

Aïe... Tu...peux m'expliquer ? C'est quoi tout ça ? Et... moi ? Je fais quoi ?

@Tic Tac Frey
Invité
avatar
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mer 15 Fév - 19:05
Hasard de mes deux, merci !

Vanad & Ezzio di Verruchio

  C'était d'un regard aussi professionnel que joyeux que l'italien observait les forces de police s'introduire dans le magasin, cavalant aux trousses du vendeur qui ne tentait même pas de fuir, abasourdit et cloué sur place par la surprise et la rage. Une certaine fierté l'envahissait doucement alors que le proxénète se voyait passer les menottes. Ca faisait un bon moment qu'il était sur cette affaire et la voir ainsi se terminer lui laisser un goût doux-amer dans la bouche.
D'un côté, il était plus qu'heureux d'avoir pu arrêter ce trafic sexuel mais d'un autre, il se retrouvait maintenant sans affaire et avec deux hybrides sur les bras. S'il les avait chacun prit avec lui, ce n'était pas parce-qu’il désirait réellement un hybride. Ça avait été pour le tirer des griffes du vendeur-marchand de corps pour le premier et, pour le second, c'était tout simplement pour le sortir de ce magasin, lui évitant au passage une vie misérable. Mais après, que ces deux là restent ou non avec lui, ça ne lui faisait ni chaud, ni froid. S'ils désiraient partir, ils le pouvaient et s'ils préféraient rester, ils le pouvaient aussi. Tant qu'ils ne lui rapportaient pas d'emmerdes difficilement gérable, ils étaient tout à fait libre de faire ce que bon leur semblait.

Perdu dans ses réflexions internes, Ezzio fut un peu brutalement rappelé à l'ordre par le mouvement pour le moins violent de Vanad. Alors qu'il le tenait tranquillement, il semblerait que le mentali avait piqué un fard et, sous la gène, s'était littéralement éjecté de ses bras, finissant sa course sur le sol. Faisant quelques pas en arrière sous la force de répulsion de l'hybride, le policier ouvrit de grands yeux étonnés en fixant l'être à queue fendue. Sa surprise fut passagère cependant et il se reprit bien vite, riant légérement, s'accroupissant en lui tendant la main pour l'aider à se relever.  

- Faut pas réagir aussi brutalement ! Tu vas te faire mal à force...

Vanad n'eut pas besoin de son aide pour se relever, le faisant tout seul, se frottant le dos d'un air légérement douloureux. L'italien espérait qu'il ne s'était pas fait plus mal que ça, ça aurait été dommage et un peu idiot en prime... Il n'eut pas l'occasion de lui demandé si ça allait, le remuant hybride prenant les devant, étant visiblement un peu perdu. Enfonçant les mains dans les poches de son pantalon, le borgne entreprit de lui expliquer tranquillement la situation.

- Bah concrètement, je viens de te faire sortir de ce magasin et, techniquement, tu es à moi... Mais bon, plus sérieusement, fais ce que tu veux. Si tu veux rester avec moi, pas de soucis. Si tu veux partir, pas de problème non plus. Bref, t'es libre... Rappelles-toi juste que si une merde t'arrive, ma porte t'est naturellement ouverte.

Embrassant le ballet des flics et de leurs voitures du regard, Ezzio les désigna vaguement du doigt.

- Quand à tout ce bordel, ce type est à l'origine d'une enquête sur un mini-trafic de prostitution. Mais impossible de lui mettre la main dessus, jusqu'à maintenant. Et là, elle vient de prendre fin...

Une idée traversa alors l'esprit de l'enquêteur.
Ça semblait farfelu, voir carrément un peu fou, mais ça n'était pas si irrationnel que ça en soit...
Coulant un regard doux vers le mentali, il lui sourit avant de reprendre la parole.

- Tiens d'ailleurs, si tu n'as rien à faire, ça te dirait de bosser avec moi ?


avatar
avatar

Description du caractère de votre personnage : • Ambivalent • Célibataire • Italien • Borgne • 1m82 • Maitre de Vénus et Vanad • Sait utiliser une arme à feu • Excellant combattant au corps à corps • Bourru • Franc • Séducteur • Peu loquace • Doux • Gentil • Manipulateur • Lubrique • Professionnel • Intransigeant • Pilier de bar • Têtu • Violent • Sadique • Masochiste • Gros fumeur •

Voir le profil de l'utilisateur http://alola-island.forumactif.com/t129-bang-bang-i-shoot-you-do



       
Boys in Pink
« The ultimate measure of a man is not where he stands in moments of comfort and convenience, but where he stands at times of challenge and controversy »
Revenir en haut Aller en bas
Ven 17 Fév - 22:15
Sois belle et tais-toi
Featuring Ezzio Di Verruchio
Ce qui te rassura en premier lieu, et qui distinguait Ezzio des autres humains dont tu avais tendance à te méfier, c'était qu'il ne te traitait pas comme un être inférieur, il répondait à tes questions, sans émettre le moindre sourcillement de désapprobation face à ta curiosité certainement mal placée pour un hybride. Il ne te bridait pas, il te laissait une liberté égale à la sienne, et surtout plus que de l'arranger lui-même, il t'aidait. Et ça, tu lui en étais reconnaissant. Alors il ne lui est pas difficile de te convaincre de le suivre, ce doit être le seul humain à cette heure que tu acceptes comme maître, car il le mérite, et en plus, il ne se considère pas comme un maître, mais comme ton égal.

Tu hoches donc la tête d'un air absent, concentré sur les évènements qui se déroulaient à toute vitesse sous tes yeux. Que se serait-il passé si Ezzio n'avait pas été là et s'il ne t'avait pas sorti de cette cage, à cette heure ? Que va-t-il arriver à tous ces pokémons en cage, ici, maintenant que la boutique fermait ses portes pour un bon moment, vu la situation du propriétaire ? Sans doute qu'ils allaient atterrir dans un centre d'examen, à la fourrière, ou bien qu'ils vont être donné à des personnes généreuses ? A vrai, dire, tu t'en moques bien de leur sort, toi, tu es sorti de justesse de cette folie, et tu ressens une gratitude envers ton sauveur, bien qu'il ne s'y soit pas pris avec le revers de la cuillère.

Cependant, comme tu étais tout chamboulé, tu sentais ton coeur battre la chamade et tu avais besoin de quelque chose de stable, d'un foyer. Tu attrapas la manche de ton nouveau maître, toujours avec ton air absent et articulas timidement, comme un enfant perdu :

Je... veux bien venir chez toi...

Sur ces mots, tu baissais la tête, légèrement honteux de faire cette demande, mais tu pensais que ça te ferait le plus grand bien d'être dans un lieu où tu serais accueilli à bras ouvert, avec un point de gravité pour te permettre de te reposer, physiquement et mentalement, un endroit où tu pourrais avoir tes repères. Et une personne qui ne te voudrait pas du mal.

Sur la proposition, tes oreilles se dressèrent lentement sur ta tête, curieux de savoir ce qu'il allait te proposer comme boulot, ravi de pouvoir lui être utile. Ta queue remuait un peu, balance de tes sentiments incertains.

Tant que c'est pas pour de la prostitution...

Tu te sens soulagé en vérité, alors tu te permets une petite blague, avec un rire calme. Mais tu reprends ton sérieux et lui demandes le fond de sa pensée :

Mais sinon, oui, dans la mesure où j'en suis capable, je crois... C'est pour la police ?

Après tout, comme il était policier, ça allait de soi. Par contre, s'il s'agissait d'aider les traqueurs... Quoique, tu n'étais pas sûr que la police et les traqueurs étaient liés entre eux bien que d'une certaine façon, tu pensais que la police gérait logiquement les pokémons qui dérangeait la société, comme les humains, quoi. Par sécurité, tu chuchotes quand même :

Pas de traque de pokémons non plus... C'est pas vraiment dans mes principes...

Tu esquisses un sourire en espérant qu'il comprenne ton sous-entendu. Il n'était pas inconnu de ta situation de rebelle, alors il comprendrait certainement que ta position ne te permettait pas de cautionner certaines pratiques humaines...
@Tic Tac Frey
Invité
avatar
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alola Island :: Le défouloir :: Topics obsolètes-
Sauter vers :