AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Aux mille et une nuits (pv. Joy)

 :: Le défouloir :: Topics obsolètes Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 3 Fév - 11:36

Aux mille et une nuits


La tempête grondait en lui. Comme souvent il avait passé sa journée à parcourir la forêt et rester dans des coins pendant de longues heures, restant aux aguets à chaque bruits qu’il entendait autour de lui. C’était fatiguant, mais il aimait ça. A vrai dire, il ne pensait jamais à se reposer complètement. Il était tendu, et à chaque fois qu’il pensait à la ville, il avait comme des frissons qui lui parcouraient le corps désagréablement. Il était lui-même perdu sur ce qu’il voulait réellement, bien qu’il se sentait mieux entouré d’arbres que de bâtiments. Seulement, il avait conscience que se couper du monde n’était pas bon non plus pour lui, c’est bien pour cela qu’il allait souvent à son bar habituel pour croiser du monde ou tout simplement se sentir comme les autres à boire une bonne bière assit face à un comptoir. Il était sûr qu’à celui-ci, il ne risquerait pas de risquer son ami qui depuis quelques années maintenant ne lui a plus adressé la parole une seule fois. Et Matthew… N’avait pas envie de faire le premier pas. Si il ne comprenait pas ce qu’il vivait, c’était tant pis, même si cela lui faisait mal au cœur.

Ce soir, étrangement il ne se dirigeait par vers le bar dont il avait donc l’habitude d’aller. Ses pas le menèrent à travers les rues de la ville et il ne savait pas où est-ce qu’il allait. Le regard droit devant lui, les mains dans les poches, il marchait sans réel but dans les rues, tentant de ne pas foncer dans quelqu’un au passage. Il n’aimait pas la ville, les regards se tournaient beaucoup trop vers lui, c’était très dérangeant et la deuxième raison de son mal être en ville. Tandis qu’il était prêt à retourner chez lui, il s’arrêtait cependant devant un grand bâtiment qui lui attira l’œil. Un club de streap tease… ça existait même sur cette île ? Il roulait des yeux dans un premier temps, presque à vouloir continuer sa marche mais au final il y réfléchissait plus longtemps.

Il avait besoin de se détendre, penser à autre chose. Ce n’était pas un endroit dont il avait l’habitude d’aller mais… Il sentait que ça pouvait être un bon moyen pour pouvoir passer du bon temps. Il s’y décidait alors d’entrer sans réfléchir d’avantage, regardant sans cesse autour de lui. L’ambiance était particulière, bien que c’était normal dans un endroit pareil. Il enlevait sa grande cape noire et continuait alors d’observer l’endroit. Il semblait plus ou moins bondé aujourd’hui, il y avait visiblement plus de pervers qu’autre chose sur cette île. Bon, lui aussi d’un certain côté… Mais il avait vraiment besoin de se changer les idées. Il était cependant un peu perdu, ce n’était pas un habitué après tout, mais il repérait directement les personnes qui travaillaient ici, avec leurs airs aguicheurs et petites tenues…
avatar
avatar

Description du caractère de votre personnage : Matthew est un homme aux deux visages. En temps normal il est un homme certes qui a du mal à parler avec les autres mais qui reste un bon vivant se contentant des petites choses de la vie. Mais c'est aussi un traqueur qui a un tout autre visage quand il traque un hybride. Il devient une autre personne sérieuse, froide et qui se donne à fond dans son métier. Il a un problème avec le sang mais n'est pas fou au point de faire du mal inutilement. Il reste un homme torturé au fond, qui ne demande qu'à être accepté comme il est.
Voir le profil de l'utilisateur http://alola-island.forumactif.com/t198-finie-matthew-o-connor-c
Revenir en haut Aller en bas
Ven 3 Fév - 20:31




















 ❝ Aux milles et une nuits ❞
ft. Matthew




Les couleurs tout autours de lui, la musique qui suit leurs mouvements, les candeurs qui disparaissent pour laisser que sa pureté étrangère. Malgré le nombre, malgré les gabarits, bien plus francs que le sien, sa peau de porcelaine renvoie chaque nuance avec une touche des plus proches. C'est touchant de voir comme son corps n'ose déformer ce qu'on lui envoie de la plus saine des façons : la lumière. Ses pupilles de saphir en amande pourtant au contraire absorbent les éléments autours d'elles, les plongeant dans les limbes de ses rétines. Elles cherchent à savoir, comprendre, capter l'attention et... emporter.

C'est sûrement de ce regard dont il faut se méfier. Nos pieds pénétrants ici, ils ont déjà été vu, pas par le gérant qui ne fait qu'optimiser son affaire, ou les diverses formes qui s'attroupent autours d'un verre : c'est le regard du légendaire. Comme un djinn, il sait vous attirer dans son rêve. Il n'a pourtant pas mis un doigt sur scène. Il n'est pas sauvage non plus, pas ce soir. Il est l'homme au manteau d'un faux manteau criard qu'il a réalisé seul à l'arrière de la boutique d'esclaves les jours d'avant. Le tissus entoure ses formes sans donner un gramme de trop à sa peau libre. Il a ses mains, son visage... Et déjà on remarque qu'à sa vision entrant sur la scène, c'est presque un ange qui veut vous amener au ciel.

Il se cale dos contre sa barre, tête vers son seigneur dont il a hérité les gênes. Il patiente de la même façon qu'il fait patienter par ailleurs les attentions portées sur lui. Mais dans cette bulle qu'il affectionne, quelques secondes avant que ne commence le show, il n'entend que son cœur qui fait Boom ; Boom ; Boom.

La musique démarre, sa respiration s'accélère et il sait déjà ce qu'il doit faire. Ses pas là, il les a fait cent fois. Le pied sur la droite, la main qui part vers le ciel pour attraper la barre, l'autre qui rejoint le nœud de satin à peine rosé. Il est temps de danser. Les pas se fondent avec les lumières, les formes apparaissent avec cette veste qui lui a mis tant de temps et qui est si facilement oublier sur le sol, lui donnant une couleur de moulin rouge par les éclairages.

Les jambes sont souples et montent avec une aisance à son seul vrai accessoire, repère outrageant parmi les arabesques qu'il forme. Elles sont fortes, elles ont encore chaud du collant en laine qu'elles portent et surtout du short pas si moulant qui occupe ses fesses. Les mains caresses les hanches nues alors que les talons des ballerines donnent un son brut sur le sol. C'est souple, c'est comme une nymphe. Certains disent que c'est trop pur, lui il sait que ce moment est le seul art qu'il peut offrir au monde. Comme un reflex, il caresse l'oeil fermé au dessus de son lien à la vie et remonta sur son haut à demi-mesure. Le cuir de ce corset est assez dure à vivre : le nœud géant que forment les rubans dans son dos a une allure de cadeau. Il est un souhait.

Bientôt, les premiers vêtements tombent. Le voilà qui fait émerveiller la galerie de ses jambes. Il n'a pas à les épiler, il est imberbe. C'est une tâche ingrate dont il est l'un des seuls de ses camarades épargné. Tant mieux, il évite les coupures. Avec légèreté, il s'avance pour s'approcher de ceux qui le souhaitent, les saphirs ont trouvé leur proie. Alors quel souhait voudra-t-il ?

Il n' a jamais vu cet homme ici, mais il a pour habitude à chaque fois de regarder celui qui a le regard le plus captivant. Il l'a trouvé. Ce sera pour cet homme-ci que ce soir il dansera. Il prend son temps toutefois. Et c'est finalement le nœud qui se défait dans son dos, tombe le corset en cuir. Mais il est de dos et le bandeau s'attache sur son torse, cachant toujours ses formes, s'accrochant autours de ses poignets. Il monte ainsi, fort de tenir ainsi à sa barre, osant les figures qu'on n'aurait cru possible. Il s'étonne d'être toujours aussi agile, et nous aussi.

Et le ruban recouvre son bas, on observe l'étrange miracle du short au sol... Quand a-t-il était remplacé par les bandes ? Le seras-tu ? Nous expliqueras-tu ? La danse reprend sans après cet arrêt. Les bandes se retirent, une à une. Et c'est au moment où chacun pense que la frustration va s'éteindre, que la lumière s'arrête, à quelques millimètres. Les applaudissements s'entendent des coulisses.

Il y est déjà depuis cinq minutes, il se change, il redevient un être doué d'un nom et non une forme d'art. Joy. Bientôt, il sera dans la salle, il s'accoudera à la table de cet homme dont il a repéré le visage, et il lui dira de son grand sourire joyeux.

« Je suis Joy, tu as aimé mon spectacle, non ? »



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Invité
avatar
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 6 Fév - 11:25

Aux mille et une nuits


A ce moment, il n’en croyait juste pas ses yeux. Tandis qu’il cherchait du regard quelque chose à faire, ce dernier s’était naturellement posé sur un jeune homme qui se présentait en spectacle devant tout le monde. Et sa représentation était... envoûtante. C’était la première fois qu’il voyait une chose pareille. Il sentait tout son corps se tendre au début, mais peu à peu, il se sentait comme détendu. La danse de l’hybride lui en mettait pleins les yeux. Son regard ne cessait de faire des vas et viens sur tout le corps du blond qui en dévoilait un peu au fur et à mesure de son spectacle alléchant. Les hybrides, il avait l’habitude de les traquer, attraper pour les ramener en boutique, les voir se promener dans les rues avec leur maître, mais jamais il n’avait vu un hybride faire une chose pareille. En faite, il avait presque l’impression de voir autre chose que ce qu’il était vraiment. Sa danse le transportait dans un autre monde, il avait l’impression de ne plus ressentir ni même voir le reste des personnes qui étaient pourtant présentes dans la pièce. Il fixait le blond sans pouvoir détacher son regard de lui et de sa beauté qui l’éblouissait.

Il aurait presque eut envie de tendre la main pour tenter de le toucher mais c’était comme inaccessible. Un rêve qui allait s’évaporer dans quelques minutes et le laisser comme un con. Il restait debout sans même penser à s’asseoir pour contempler le spectacle qui lui plaisait largement sans qu’il veuille vraiment l’avouer. C’était comme une lumière divine, une douce chaleur qui se diffusait dans tout son corps. Il se détendait, pensait à d’autres choses, beaucoup moins malsaines que ce qu’il avait l’habitude de penser. Son regard rencontrait souvent celui du blond et cela lui donnait toujours plus de frissons à chaque fois. Il avait comme l’impression d’être un privilégier, de pouvoir le dévorer sans même s’en rendre compte du regard. Il avait chaud, se sentait toujours un peu plus comme un être totalement innocent alors qu’il n’en était rien…

Lorsque le spectacle s’arrêtait, il retint son souffle avant de baisser enfin les yeux pour pouvoir les frotter d’une main. Il avait eut presque l’impression que ça avait été un rêve. Il ne savait pas comment réagir tellement que ça l’avait perturbé. Un hybride danser comme ça et avoir autant de charme… Ca avait été impossible pour lui jusque là. Il voyait d’un autre œil les hybrides, pour l’instant du moins. Il soufflait longuement, passant sa main dans ses cheveux avant de se déplacer un peu pour aller s’asseoir à un siège libre. S’accoudant à la table, il eut le regard dans le vide quelques instants, sentant son corps se tendre encore un peu suite à ce spectacle envoûtant. Bien sûr qu’il avait aimé mais c’était dur à croire quand même. Soupirant, il se redressait et voyait le blond qu’il avait vu quelques minutes avant venir vers lui. Il fut un peu plus surpris, surtout qu’il prenait ensuite la parole pour se présenter et lui demander si il avait aimé.

« Je… Oui, c’était… » Il chercha le mot exacte mais ne le trouvait pas « captivant ? »

Il se sentait un peu gêné à cet instant, posant une main contre sa joue puis sa tempe en soupirant doucement. Joy… Il ne savait pas pourquoi mais il trouvait que cela lui allait plutôt bien comme prénom. Il dégageait une certaine aura qu’il appréciait mais il n’arrivait pas tellement à expliquer.

« À vrai dire c’est la première fois que je viens dans ce genre d’endroit. Je ne pensais pas que ça existerait sur cette île. »

Mais au final, étant donné que c’était remplit d’hybride et qu’ils étaient utilisés comme des objets après tout… Au final c’était même plus surprenant. Mais lui, il était toujours surpris de voir ce genre d’endroits qui étaient très fréquents aux Etats-Unis dans certains Etats. Il ne pouvait d’empêcher de relooker le blond qui s’était changé. Mais il le trouvait… mignon ? Ou il avait un petit plus en tout cas.

« Mais… J’ai apprécié. Tu es plutôt doué… »

Il ne pensait pas vraiment à se présenter à vrai dire. Il ne savait pas si il allait le revoir ou si ils allaient continuer à parler comme ça pendant toute la soirée… Cela ne lui était pas venu à l’esprit de donner son prénom. Mais peut-être que ça allait arriver par la suite, à voir.
avatar
avatar

Description du caractère de votre personnage : Matthew est un homme aux deux visages. En temps normal il est un homme certes qui a du mal à parler avec les autres mais qui reste un bon vivant se contentant des petites choses de la vie. Mais c'est aussi un traqueur qui a un tout autre visage quand il traque un hybride. Il devient une autre personne sérieuse, froide et qui se donne à fond dans son métier. Il a un problème avec le sang mais n'est pas fou au point de faire du mal inutilement. Il reste un homme torturé au fond, qui ne demande qu'à être accepté comme il est.
Voir le profil de l'utilisateur http://alola-island.forumactif.com/t198-finie-matthew-o-connor-c
Revenir en haut Aller en bas
Lun 6 Fév - 18:36




















 ❝ Aux milles et une nuits ❞
ft. Matthew




Le derrière de l'être de pureté se colle à la table vernie. Il ignore les regards, les curieux et les chanceux que d'autres de ses confrères ont remarqué. Il ne les a pas vu lui. Le regard perçant, il observe avec curiosité l'homme devant lui. La fierté l'a empli comme elle le ferait d'un enfant ayant réussi à énoncer tout l'alphabet pour la première fois. Sa lettre Z avait été la sincérité des mots de l'homme face à lui. La vérité faisait toujours bien plus plaisir que le mensonge, qu'elle soit instantanée ou non. La musique a cet aspect là aussi. S'il n'avait pas choisi cette musique est-ce que le résultat aurait été le même ? Il ne sait pas. Il ne pourra jamais essayer.

Pour le moment autre chose le fascine. Il pensait jusqu'à quelques minutes son regard comme le seul capable de déstabiliser les autres. Il se trompait. Il est déstabilisé, son corps s'étonne de ne pas être plus loin que cela de la personne dont le panneau DANGER devrait être affiché 24h/24. Ce n'était pas un avertissement qui était suffisant, ce regard. Et pourtant, ça le fascinait, pourquoi avait-t-il l'impression qu'il y avait quelque chose qui ne devrait pas se trouver dans ses yeux.

C'est cela. Il y a de l'estime. L'ailleurs a caressé son esprit et il n'y est pas encore habitué. Alors dans son pull de laine blanche, son short de faux jean et ses souliers vernis, il s’assoie sur la table. Le patron lui a donné l'autorisation de le faire... après de nombreuses réprimandes qui n'eurent servies à rien. Cet esprit n'est pas simplement doux, il sait ce qu'il souhaite.

« Merci beaucoup. Je ne sais pas si c'est un endroit si spécial ou non... Je ne suis jamais sorti de cette île, pardon. »

Le rose est monté sur ses joues. Il a montré une faiblesse. Il s'y connait peu sur ce qui se trouve en dehors. Il a déjà du mal à comprendre ce qui s'y trouve en dedans. Son environnement est grand. Très grand. Il est bien petit au milieu de tout ça. Mais ça ne l'empêche pas de doucement bouger ses jambes dont la finesse s'observe toujours autant. Son sourire ne se feint jamais. Il est n'a pas perdu son intérêt, les regards sont toujours liés. Il les y oblige.

« Tu viens d'un autre pays ? C'est loin ? » Une curiosité obsédante encore. Un jour cela lui coûtera plus qu'il ne l'aurait pensé avant. Il ne le regrettera pas, il aura été jusqu'au bout de ce qu'il désire.

Tranquillement, et ses jambes s'agitent encore plus vite, et les néons sont encore plus fort dans la salle, et un vendeur propose une autre boisson, il se rapproche de l'autre. Il ne connait pas les limites de deux corps, il ne sait pas ce qui est sensé être bon ou non, il ne sait pas non plus que de l'avoir vu presque nu avant n'est pas des plus annodins, mais comme un être onirique, il se rapproche avec un mouvement rapide, cherchant toujours dans son regard. Ses yeux bleus brillent de couleur qui ne devrait pas exister, sa peau a la blancheur des poupées de cire, ses lèvres et ses joues ont un rosé sensible. Mais surtout, la main droite caresse sa joue au même rythme que la mèche blonde se laisse tomber avec lenteur.


« Tu es plutôt sauvage non ? » C'est en tout cas ce qu'il voit de ses yeux et de son attitude.



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Invité
avatar
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mar 7 Fév - 11:36

Aux mille et une nuits


Il ne sait plus si c’est vraiment bien d’être ici. A vrai dire, il réfléchissait, se demandait si c’était le meilleur moyen pour se changer réellement les idées, mais tant que ça ne virait pas au drame après tout, il n’avait pas beaucoup à s’inquiéter. Du moins il essayait de se détendre et de ne plus penser à autre chose que sa vie habituelle. Il observait le blond qui semblait beaucoup détendu et souriant que lui, lui, il essayait surtout de se détendre et de se dire qu’ici il n’était pas en danger et que c’était surtout un endroit pour se détendre et prendre plaisir. Est-ce qu’il allait en prendre lui du plaisir ? Il allait bien voir. Il ne comprenait pas bien pourquoi ce petit être s’excusait alors qu’il n’avait rien fait de mal. Il ne disait rien à ce sujet mais un de ses sourcils s’arquait avant qu’il ne s’asseye un peu mieux contre le siège. Il allait lui répondre naturellement quelque chose mais le blond se mettait à lui poser une autre question, lui demandant si il venait d’un autre pays. C’était pas surprenant qu’il pose ce genre de question étant donné que les hybrides naissaient que sur cette île ou était crées par le scientifique, qui était un fou selon Matthew. Enfin, lui-même l’état à être venu ici, et surtout à y être resté pour justement chasser ces créatures qui s’enfuyait de chez leur maître ou de la boutique.

« Je viens des Etats-Unis. C’est un grand pays, il est à une trotte d’ici oui. Et dans certains coins et villes, il y a beaucoup de bâtiment de ce genre-ci. »

L’Homme était un pervers, même s’en le vouloir ou s’en rendre compte. On a tous des vices cachés et malheureusement on ne peut pas toujours se contenir face à ça. Quoi qu’il en soit, il n’était jamais venu dans ce genre de bâtiment avant mais maintenant qu’il y était, même si cela lui faisait bizarre, il ne se sentait pas trop mal. Surtout qu’il discutait calmement avec un jeune homme qui n’était pas trop mal, d’une blancheur immaculé qui le surprenait toujours. Puis, il sentait son corps se tendre en le voyant se rapprocher, mais aussi chauffer légèrement. Ce n’était pas tous les jours que l’on osait l’approcher comme ça, et encore moins de le regarder dans les yeux de cette sorte. Le blond avait de la chance d’être assit parce que en temps normal il aurait été obligé de lever la tête pour pouvoir regarder l’armoire à glace qu’était Matthew.

« …Surtout pendant les traques. » dit-il le plus sérieusement du monde.

Si il le voyait pendant ces moments-là… Il ignorait si il prendrait peur ou si ça l’intéresserait d’avantage. Mais il ne pouvait pas cacher sa vraie nature trop longtemps après tout. Bien qu’il se sentait pour l’instant assez calme, c’était peut-être qu’éphémère. Il eut un certain regard à cet instant, lui-même ne pourrait expliquer ce qu’il avait eut comme sensations. Il roulait ses épaules avant de demander une boisson forte à un serveur qui passait par là. Il se concentrait ensuite de nouveau sur le petit blond, une certaine lueur brillant dans son regard.

« D’ailleurs… Qu’es-tu comme hybride ? »

Ce qu’il dégageait le surprenait toujours autant, cela lui donnait envie de se rapprocher d’avantage et d’en découvrir un peu plus.
avatar
avatar

Description du caractère de votre personnage : Matthew est un homme aux deux visages. En temps normal il est un homme certes qui a du mal à parler avec les autres mais qui reste un bon vivant se contentant des petites choses de la vie. Mais c'est aussi un traqueur qui a un tout autre visage quand il traque un hybride. Il devient une autre personne sérieuse, froide et qui se donne à fond dans son métier. Il a un problème avec le sang mais n'est pas fou au point de faire du mal inutilement. Il reste un homme torturé au fond, qui ne demande qu'à être accepté comme il est.
Voir le profil de l'utilisateur http://alola-island.forumactif.com/t198-finie-matthew-o-connor-c
Revenir en haut Aller en bas
Mer 8 Fév - 17:18




















 ❝ Aux milles et une nuits ❞
ft. Matthew




Les états-unis, il a entendu parler de ce pays de par son maître. Il aimait des émissions étranges où des musiques fortes, des coups et des hommes masqués se déchaînaient entre trois cordes. Le nom ne lui revient pas. Quelque chose commençant par C... En tout cas son maître s'y trouvé fixé devant la télévision, hurlant avec le public du show, chaque lundi au soir. Il se demande si comme il lui avait dit, tout américain aimait ce genre de spectacle. Un jour peut-être, Alola verrait ce genre de performances se faire. Mais Joy n'ose pas poser de question là dessus, il préfère se concentrer sur la suite des réponses. Son regard n'a pas quitté le sien, il est concentré, intense, vibrant.

Cet homme est donc vraiment dangereux. Il est traqueur, son cerveau a fait le lien. Il chasse les autres comme lui, ceux qui ne veulent pas de ce système, ceux qui sont pour leur liberté. Cette liberté est illusoire. Il ne comprend pas. C'est impossible pour lui de vivre sans maître... Il en souffre actuellement, profondément. Sa tête se baisse légèrement, tout son être perd très légèrement sa lumière à cette pensée. Marc est mort. Il ne doit pas y penser. Il ne doit laisser la douleur l'atteindre.

La question qui tombe le ramène à la réalité. Son sourire, si fort, si doux, il revient. Il est toujours aussi vrai, aussi pur. Car dans cette hybridation, il trouve l'espoir de vaincre tout ce qui pourrait lui arriver. Il est fort, son pokémon est fort alors il doit l'être aussi. Il doit apporter le sourire aux autres aussi. Sur la joue du brun, sa main ne s'est pas éloignée. Il n'a jamais eu une seconde de peur. Au contraire, s'il est venu dans un tel endroit, c'est pour se détendre non ? Alors pourquoi aurait-t-il une proie pour compagnon de soirée ?

« Je suis issu du pokémon légendaire des souhaits, Jirachi. »

Il est fier, il est tellement fier que les gênes de ce petit lutin jaune soient dans son génome. Il sourit un peu plus et ses joues se colorent naturellement. Il ne peut nier que l'espoir qui vit dans les légendes de ce pokémon, l'atteint tout autant. Il regarde à nouveau les yeux animales devant lui. Sa main caresse avec douceur la joue.

« Quel est ton nom... ? » Il rougit furieusement, légèrement enfantin. « Tu...Tu as le droit de ne pas me le dire si ça te gêne mais... mais... » Il prend une respiration.

Avec cette même tendresse, son autre main se pause sur sa joue libre. Son pied droit le pousse légèrement en avant et finalement il est véritablement proche de l'autre homme. Ses yeux jouissent de couleurs démentielles et il ne peut s'empêcher de souffler sur ses lèvres. Autours d'eux, personne n'y fait attention. C'est effectivement rare que Joy fasse ce genre de chose, mais quand il a un coup de cœur, il n'est pas très fin.

« Je te trouve captivant et je souhaite passer un peu de temps avec toi ce soir... Que souhaites-tu ? » Telle était l'écoute de la lumière de la nuit.



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Invité
avatar
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 9 Fév - 11:28

Aux mille et une nuits


Jirachi… Un pokémon légendaire ? Il n’y connaissait pas grandement en pokémons légendaires. Tout ce qu’il faisait c’était de chasser les hybrides sauvages et même si il s’était beaucoup documenté, les légendaires n’étaient pas communs et ne se promenaient pas comme ça à la vue de tous. Et pourtant, lui était là. Il était dans cet endroit à danser et vendre du rêve à ceux qui le regardaient. C’était bien bizarre mais pas surprenant à la fois. C’était presque poétique en faite. Et il était content au fond de pouvoir croiser un pokémon légendaire. Enfin…. Un hybride issu de pokémon légendaire mais peu importe. C’était une expérience qu’il vivait et qu’il appréciait grandement. Il laissait faire le jeune homme, étant beaucoup plus détendu cette fis-ci même si il ne baissait pas sa garde pour autant au fond. Il se disait qu’il était certes dans un endroit pour se détendre mais tout pouvait arriver.

Il lui demanda par la suite son prénom. Lui qui ne s’était pas présenté, il s’était presque douté que le jeune homme allait finir par le lui demander. Son regard brillait tellement qu’il le trouvait d’avantage fascinant. C’était tellement nouveau pour lui qu’il voulait se prêter au jeu et voir jusqu’où ça allait les mener. Il attendait la fin de sa phrase, et était quand même surpris lorsque le blond se rapprocha d’avantage de lui, presque à avoir son corps quasiment coller, son visage à quelques millimètre du sien. C’était certainement un jeu et il n’était pas très bon là-dessus. Il n’avait pas envie de le lui cacher, ce serait bien dommage non ? À ce moment-là il ne pensait pas qu’il pourrait aller lui planter un couteau dans le dos. Il avait besoin de compagnie et c’était encore plus flagrant à cet instant. Il avait envie qu’il reste à ses côtés pendant toute la soirée et qu’il puisse oublier tout le reste complètement.

C’était plutôt bien partit d’ailleurs… Il ne cessait de le regarder, le dévorer du regard avec toujours cette certaine étincelle dans son regard. Il était beaucoup moins doux que le blond mais il savait faire preuve d’humanité, surtout ce soir.

« Matthew. » soufflait-il contre ses lèvres, les siennes tant tremblantes.

C’était difficile de se contenir, clairement. Face à cet être si pur, lui n’était qu’un animal malsain qui n’avait que des pensées perverses. Mais aussi une envie d’être accompagné, surtout. Quel était son souhait… ? Il était déjà tout réfléchi et cela se lisait certainement dans son regard. Il ne pouvait décidemment pas se contenir, pas après une journée aussi fatigante, pas avec une vie pareille. Vivement ses mains agrippèrent l’hybride pour le coller contre son corps, son visage s’enfouissait dans son cou, pouvant ainsi longuement humer sa douce odeur. Sa frustration fut moins grande mais toujours présente.

« Toi. »

Lui, juste lui. Pendant toute la soirée. Une présence aussi lumineuse et douce, jamais il n’en trouvera une autre. Ses mains continuaient d’agripper son corps, sans pour autant lui faire de mal. Il se sentait mieux. Il était détendu, ne pensait plus à rien que cet être pur qu’il tenait dans ses bras, contre son corps.

« Restes avec moi. »

Pour cette soirée spéciale, bien entendu. Il ne pouvait pas le garder pour lui indéfiniment. Mais pour cette fois, il voulait jouer l’égoïste.
avatar
avatar

Description du caractère de votre personnage : Matthew est un homme aux deux visages. En temps normal il est un homme certes qui a du mal à parler avec les autres mais qui reste un bon vivant se contentant des petites choses de la vie. Mais c'est aussi un traqueur qui a un tout autre visage quand il traque un hybride. Il devient une autre personne sérieuse, froide et qui se donne à fond dans son métier. Il a un problème avec le sang mais n'est pas fou au point de faire du mal inutilement. Il reste un homme torturé au fond, qui ne demande qu'à être accepté comme il est.
Voir le profil de l'utilisateur http://alola-island.forumactif.com/t198-finie-matthew-o-connor-c
Revenir en haut Aller en bas
Dim 12 Fév - 19:16




















 ❝ Aux milles et une nuits ❞
ft. Matthew




… Lui. On le souhaitait lui. Il sentit la caresse obscur d'un discours qui lui hurlait être une salope de profiter de ce genre de contacts charnels... Il sentit le désespoir d'avoir entendu ça de quelqu'un en qui il avait eu confiance au plus haut point... Jamais il n'avait pensé qu'il aurait pu être blessé par ce mot sortant de la bouche de quelqu'un... Il n'était peut-être pas pur, il n'était peut-être pas ce qu'il dégageait, pensait être... Il n'était peut-être pas l'enfant qui découvre le sexe depuis un an seulement, cherchant désespérément à trouver l'affection qui saura le réconforter et oublier que oui, celui qui était comme son père est mort.

Car ce contact contre un autre homme, le plaisir de se sentir désirer et apprécié... C'était clairement ça. C'était un besoin de reconnaissance, de rentabiliser la perte qui avait été la sienne et qu'il n'arrivait pas à passer... Il y en avait qui refoulait... Il y en avait qui éclatait... Lui il compensait en se blottissant dans les bras du premier homme venu qui lui plaisait un minimum. Il s'embrasait pour peu... Mais sa douceur était véritable et il était vraiment heureux si ce soir, il pouvait aider ce jeune homme à aller dans un monde qu'il n'avait pas connu depuis longtemps.

Ils étaient là pour oublier. Alors tant pis s'il était une salope. Là, il en avait besoin. Peut-être que le jour où quelqu'un compensera son manque, il arrêterait de lui-même tout ça... Mais pour le moment, en plus de son art... il avait besoin de sentir les hommes contre lui. Alors loin de rejeter le contact qu'il sentait...

Il se blottit légèrement plus contre lui et ferma les yeux pour ressentir son odeur sauvage et imprégner ses arômes comme celui qui le sauvera de sa douleur cette nuit. Il n'était pas à excuser. Il n'était pas à comprendre. Il en avait besoin, alors comme une bête, comme un humain ou un pokémon... Il utilisait le sexe pour oublier.

Et si en plus il pouvait aider, donner un peu de lumière à quelqu'un d'autre... Qui était-t-il pour refuser ? Il n'était qu'un esclave qui savait à peine faire le ménage et le souper. Il était beau, oui, et c'était bien tout ce qu'il avait. Il se blottit encore un peu contre le jeune homme et remonta son visage où partait peu à peu tout ce qu'il avait néfastement pensé. Il redevenait souriant, attentif à l'autre.

Il ne voulait rien savoir. C'était sa période merdique dans sa vie. Peut-être qu'un jour il le regretterait, pour le moment... Il embrassa chastement le brun.

« D'accord Matthew...Je reste avec toi ce soir. »

Puis recolla ses lèvres contre les siennes avec attachement, car, pour le moment, il s'en fichait totalement du futur.



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Invité
avatar
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 13 Fév - 11:32

Aux mille et une nuits


Il avait sentit comme quelque chose qui clochait soudainement de la part de cet être de lumière. Comme si il avait été vexé ou choqué des propos de l’homme. Celui-ci avait bien ressentit ça malgré qu’il n’était pas très doué avec le relationnelle. Il savait cependant faire la différence entre quelqu’un qui se laissait emporter avec plaisir et quelqu’un qui voulait juste oublier. Lui-même était dans cet état, à vouloir juste s’amuser et ne rien faire d’autre. Son geste avait été un peu sec sur le coup mais il ne cherchait pas à lui faire de mal ni à le prendre pour seulement un objet. C’était assez surprenant venant de Matthew qui pendant les traques était quelqu’un de très spécial et sans sentiments. Actuellement, il s’en voulait un peu d’être aussi sans tact envers un hybride aussi doux contrairement à lui. Cependant, il le gardait quand même dans ses bras. Il aimait beaucoup avoir une présence auprès de lui, surtout quand il voulait penser à autre chose que les difficultés hors de ces moments de détente.

Le regard dans le vide, il laissait faire le jeune homme qui semblait soudainement moins bien que tout à l’heure malgré ses sourires. Il savait qu’il était pas si bien que ça et il ne savait pas tellement comment réagir face à ça. Il restait longuement silencieux, attendant une réponse venant du blond qui ne tardait pas à se redresser pour dire qu’il acceptait de rester avec lui pour ce soir. Il sentait tout son corps s’électriser lorsqu’il l’embrassait une fois puis une deuxième fois plus longuement. Mais il se tendait. Il n(‘était pas certain que ce soit le bon moment ou que ce soit réellement la chose qu’il fallait faire actuellement. Il sentait le blond un peu plus tendu sans comprendre pourquoi. Ça le gênait au fond mais il n’osait dire quoi que ce soit. Il lui caressait simplement très légèrement le dos, essayant de lui apporter un peu de réconfort même si il n’était pas très doué pour ça.

Lorsque leurs lèvres se détachèrent de nouveau l’une de l’autre, Matthew le regardait droit dans les yeux. Il cherchait à le comprendre, cherchait à savoir ce qui le tracassait. Il avait comme les même impressions que lui, à vouloir fuir quelque chose. Il le gardait contre lui mais d’une poigne moins ferme…

« …Toi aussi tu cherches à oublier quelque chose, n’est-ce pas ? »

Il ne pouvait lui mentir. Il savait ce que s’était et pouvait reconnaître ces sensations entre mille. C’était certes étrange à ressentir et un peu gênant mais… Il ne pouvait aller plus loin, il se sentait presque coupable de lui avoir fait croire qui voulait simplement de son corps alors qu’en vérité, il voulait juste d’une présence, de la compagnie et un être qui accepterait de lui parler, d’être là pour lui. Et cet être… Il était parfait. Dans tout les poings… Il ne souhaitait pas le briser d’avantage. Entre temps, le serveur pu lui servir sa boisson, il la regardait avant de retourner son regard vers Joy.

« Tu… Tu veux que je te paye quelque chose ? »
avatar
avatar

Description du caractère de votre personnage : Matthew est un homme aux deux visages. En temps normal il est un homme certes qui a du mal à parler avec les autres mais qui reste un bon vivant se contentant des petites choses de la vie. Mais c'est aussi un traqueur qui a un tout autre visage quand il traque un hybride. Il devient une autre personne sérieuse, froide et qui se donne à fond dans son métier. Il a un problème avec le sang mais n'est pas fou au point de faire du mal inutilement. Il reste un homme torturé au fond, qui ne demande qu'à être accepté comme il est.
Voir le profil de l'utilisateur http://alola-island.forumactif.com/t198-finie-matthew-o-connor-c
Revenir en haut Aller en bas
Mar 14 Fév - 15:24




















 ❝ Aux milles et une nuits ❞
ft. Matthew




Brisé... C'était le mot... Oublier, oui exactement ce qu'il cherchait. Il avait touché étrangement juste. Ceux qui se ressemblent voient n'est-ce pas ? Il s'en voulait d'avoir agi exactement comme on s'y attendait de lui. Alors quand la phrase sortit des lèvres de Matthew, il ne put que hocher la tête et mettre son front sur son épaule. Il était d'un pathétique, d'une idiotie et d'un pathétique. Sérieusement, quelle lumière ne sait pas se reprendre ? Il n'était pas une lumière de toute façon. Il en avait à peine l'apparence. Avec douceur il serra le haut du jeune homme. Oui, il avait stupidement besoin d'une présence. Il avait juste besoin de quelqu'un pour écouter, quelqu'un à écouter. Il avait besoin d'un échange en dehors de sa propre vie.

Il se haïssait assez pour ne se voir que comme un objet, et cela depuis bien avant la mort de son maître. Il n'était qu'un esclave. Il n'était pas un ange, il n'était pas un saint, il n'était qu'un esclave. Il ne voulait faire de mal à personne. Il écouta la question de l'homme... Il n'avait pas envie de grand chose. Si, si... Il y avait bien un produit qui le tentait.

« ...Est-ce que je peux te demander un thé earl grey scotland ? »

Il sourit légèrement... un sourire de souvenir. Ses yeux étaient tremblants alors qu'il regardait l'épaule opposé à la sienne. Il ne faisait pas semblant sur ce sourire, il était vrai... Il avait envie d'oublier et de simplement être lui. Lui, juste lui, ne plus jouer de ce corps, ne plus faire de spectacle pour les autres... Simplement d'agir comme il se le devait... De redevenir un enfant. Il regarda Matthew.

« … Il en serve la journée normalement, mais ça me fera du bien. Merci Matthew. »

Il se redressa légèrement. Il devait penser à l'être contre lui, pas au reste. Il se mit doucement à sourire comme un enfant. Il l'avait senti... Plus rien, plus aucune excitation, juste deux êtres dans un câlin réconfortant. Il profitait des hormones que pouvaient lui apporter ce genre de contact. C'était agréable. C'était agréable d'avoir des amis, sans rien d'autre.

« Je suis content que tu sois venu me voir... cette fois-là... La vérité, c'est que ce sera sûrement ma dernière représentation... Quelqu'un... Quelqu'un m'a fait comprendre que je ne vivais pas comme je le devrai. » Il sourit très légèrement. « Alors je vais arrêter la vie que j'ai et en construire une plus stable, où je ne ferai pas honte... »

Il soupira puis regarda Matthew... Il poqua sa joue.

« C'est quoi ce maquillage en fait ? C'est une partie de la chasse ? »



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Invité
avatar
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alola Island :: Le défouloir :: Topics obsolètes-
Sauter vers :