AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Flashback ♛ Joy

 :: Le défouloir :: Topics obsolètes Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 3 Fév - 17:14
Ma tête me semble lourde. Affreusement lourde. J'essaye de bouger, mais je n'y arrive pas. Mes muscles sont engourdis. Je ne sens plus mes jambes et mes doigts bougent à peine... Je ne sais pas si c'est normal. Si ma position est normale. Le sang me monte à la tête. Je dois vite me retourner avant de m'évanouir de nouveau. Que s'est-il passé? Je ne sais pas. Je ne me souviens pas. ... Qui suis-je? Je n'oses pas ouvrir les yeux. J'ai peur de ce que je vais voir. Je sens déjà le gout du sang sur mes lèvres et cela n'annonce rien de bon. Je bouge mes doigts, puis mes mains, puis mes bras. J'arrive à me hisser hors de mon véhicule. Je sens que je suis droit de nouveau et que mes mains effleurent de l'herbe. Bien, je n'ai pas oublié les bases et cela me fait sourire. Marcher, survivre, l'herbe... L'odeur de l'essence. Je grimace et ouvre finalement les yeux.

Que s'est-il passé? Aucun souvenir. Aucun, ni même de l'accident. Je sais que je sais marcher, mais qui me l'a apprit? Je sais que je peux parler, mais qui me l'a enseigné? Je connais l'herbe et son toucher, mais depuis combien de temps? Des questions s'entassent et aucune réponse, seul mes yeux qui deviennent soudain flous. Je comprends rapidement : je pleures. Je n'arrive pas à marrêter. Je suis paniqué, perdu et sans repères. Vais-je mourir ici ? Peut-être même que les bois sont mon véritable habitat...?

Je pleures, encore et encore et puis, je l'entends. J'entends son souffle. Je ne suis pas seul. Je croises son regard et je sais qu'il n'est pas comme moi, qu'il n'est pas humain. Je le sais, parce qu'il n'a pas accourut vers moi comme le ferait mes semblables. Il reste en retrait, à m'observer. Un pokémon. Je me souviens d'eux, je sais qu'ils existent... Mais qui sont-ils? Pourquoi ne vient-il pas? Les humains leurs font-ils peur? ... Suis-je moi-même un pokémon?

Je déglutis et ferme les yeux de nouveau. Ma tête me fait mal, mais lorsque ma main touche mon front, elle se recouvre de rouge. De mon propre sang. Je suis au  plus mal et je dois... trouver une solution.

- Bon-bonjour?

Aide-moi.
Invité
avatar
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Ven 3 Fév - 20:33




















 ❝ FlashBack : I give you a soul ❞
ft. Mick




Les couleurs tout autours de lui, elles sont douces pour une journée. Il y a un petit brouillard qui donne au monde des instants pastelles. Le bleu est bien clair dans le ciel, la route a un gris délavé qui lui plaît bien. Le soleil ne persiste pas trop au travers de ses nuages d'un blanc immaculé qui lui fait pensé aux draps qui furent anciennement les siens. Et au sol, l'herbe pourtant reste de verts distincts donc on ne peut apprécier la couleur changeante. On pourrait se demander alors pourquoi, il remarque à ce point que le sol n'a pas changé ses variantes, que le seul le gris de la route au loin est atténué. C'est qu'il n'y a pas vraiment de route là où ils sont tombés. Il n'y a pas vraiment de civilisation en général d'ailleurs. Juste quelques arbres, et des fleurs aux multiples couleurs, bien plus que les arc-en-ciels.

Il y a une couleur qu'il n'a jamais d'un homme aussi. Ou peut-être une fois, il y a très longtemps... L'un des frères de son maître avait eu une goutte de ce liquide tombante, il y avait porté sa langue et avait apprécié ne plus y donnait d'attention quand la liqueur avait fini embavé. Il n'avait jamais vu ça pour sa part... Mais son instinct, le Jirachi en lui savait qu'il ne devait pas apprécier ce qu'il voyait.
Le rouge n'était pas un symbole d'espoir, pas dans ce genre de moment.

D'un pas, il se dit que c'était une bonne idée, de deux, il se dit que non. En troisième, il flotte en se demandant que faire... S'approcher de ce qui ressemblait bien plus à un amas de chaire ne pouvait être la bonne idée. Il n'y trouvait pas la force de toutes façons. Et l'odeur d'huile... Est-ce que ça allait frire comme les beignets ? Ou... est-que ça avait déjà fris ?

Mais les saphirs se perdent dans les couleurs de cette déchéance dans la nature. Il n'y a vraiment plus aucun espoir... il n'y a vraiment plus aucune tête qui puisse expliquer, ou même à qui il pourrait livrer son aide ? Il se sent mal devant cette désolation. Et alors même qu'il va l'abandonner pour prévenir ceux qui y sont plus habitués, il entend une voix.

Son corps se retourne, un couinement très pokémonien sortit d'entre ses lèvres. Il est en vie. Cet homme, cet homme blond dont les yeux émeraudes répond à la bleuté des siens. Il n'y a pas minute à perdre, il n'y a pas à réfléchir.

D'un pas, il flotte sans se demander quoi faire, de deux, il se rapproche avec hâte. En troisième, il soulève le jeune homme contre lui, sa forme humaine est reprise. Il l'aide à se relever et le traîne doucement au loin... La peur d'une explosion est présente. Il faut mieux se mettre au calme, un peu plus loin. Pendant ce temps, il lui parle.

« Je ne pensais pas que tu étais en vie ! J'ai cru que... J'aurai du réagir avant, pardon ! Ne pleure plus... Je vais t'aider, reste tranquille. »

Un point d'eau est atteint. Il dépose le corps qui a failli mourir, et il détache sa veste pour éponger avec le sang qu'il a sur son front. Il faudra appeler les secours, mais pour le moment, il prend soin de cet être comme il le peut.  Il éponge de nouveau le sang qui est véritablement en trop sur ce visage merveilleux. Il ne lui parle plus, il est concentré, un peu inquiet.



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Invité
avatar
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 5 Fév - 15:41
Je sentais qu'on me trainait, un peu loin de ma réalité. Un peu loin de l'essence et du feu. Peut-être même me hissais-je seul et mon imagination faisait le reste? Non, j'entendais la respiration de ce pokémon, qui était devenu homme véritablement. Ou plutôt, petit garçon. Sa panique était plus présente que la mienne et cela me rassurait doucement de savoir qu'on pouvait plus paniquer que je ne l'étais, apaisant légèrement mes pleurs. Il devait être bon pour s'inquiéter de mon sort, celui d'un inconnu et d'un humain.

"Merci..."

Que pouvais-je dire d'autre? Je ne savais pas ce qui était... ou plutôt plus?... coutumes de dire à un pokémon. Peut-être rien? Peut-être tout ? Je ne voulais pas lui faire peur, mais déjà, je sentais que nous étions en sécurité, loin de cette fumée qui me bouchait les poumons et je commençais à respirer de nouveau. La fraicheur de l'eau me fait un bien fou, et ma gorge est encore plus sèche que mon visage ensanglantée. J'ouvre les yeux de nouveau pour croiser les siens. Je pense à lui d'abord, et moi ensuite.

"Comment t'appelles-tu?"

Je veux me souvenir de son prénom.

".. J'ai soif s'il te plait."

Et ne pas paraître impoli. J'espère qu'il comprendra. J'espère qu'il deviendra mon ami. J'espère qu'il sait qui je suis.
Invité
avatar
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 6 Fév - 11:39




















 ❝ FlashBack : I give you a soul ❞
ft. Mick




La douceur de la voix le surprit encore. C'était comme une coquette douceur dans l'étrangeté des couleurs autours d'eux. Il n'y a pas d'autres bruits qu'eux autours de ce petit point d'eau. Il n'y a pas grand chose en général qui détonne dans les environs. Du vert, du vert partout et obsédant. La seule touche de bleu se retrouve dans le regard vitreux du garçon devant lui. La paume du gentil jaune continue d'arpenter les montagnes de son visage pour essuyer les coulis de lave. Il caresse d'une lenteur confuse cette peau abîmée qui lui semble si différente.

« Ne me remercie pas, c'est normal. »

Sa main continue son chemin, du beige contre du beige. La peau du blond humain est toutefois plus bronzé, plus fissuré par le gris de l'accident. Retrouvera-t-elle sa beauté d'origine ? Il l'espère en silence, il est inquiet, ce garçon le rend inquiet. Il caresse, il s'intéresse, il a peur aussi. Il finit sa thérapie corporelle bientôt.

« Je suis Joy. » Un sourire s'affiche sur ses lèvres, de la douceur dans celui-ci et un véritable souhait de réciprocité.

C'est la tendresse en cet instant, c'est le chemin de sa main dans dans le bleu à leur côté. Il cueille le liquide en espoir de pouvoir lui rendre. Mais c'est si peu épais, c'est si peu compact que la couleur reste là où elle le devrait. Il se demande comment transporter, comme y parvenir dans cette échange entre les textures. Et il perd du temps, espérant que ne s'endorme pas l'homme au visage grisé. Il n'a pas de nom, l'homme au visage grisé. Ce n'est pas joli comme appellation, c'est comme annoncé d'une personne son intérieur avant son extérieur. C'est comme s'il n'y avait rien en dehors et en dedans. Il n'aime pas l'appeler l'homme au visage grisé. Mais dans le vert, il n'y a que le gris et cette couleur étrange de rouge qui a fini par fané.

La trouvaille se fait, il récupère un bout de son haut en le déchirant sans y prêter vraiment d'attention. Une vie, contre un t-shirt, c'était bien plus qu'équitable. Il plonge le tissus parmi les eaux... Il l'imprègne et le redresse. Au dessus de la bouche, il tord pour laisser tomber la goutte. Du t-shirt tordu à l'intérieur de son gosier, il y a une petite fontaine qui se laisse aller. Et le garçon sourit. Il a réussi, il a étouffé sa soif.

« ...J'espère que ça suffira, sinon je peux aller en reprendre. »

Lentement, les lèvres de Joy embrassent la joue grisée. Ce n'est pas grand chose mais il se souvient d'une époque où ce contact le rassuré. Il voulait offrir ce réconfort à quelqu'un et ce quelqu'un était gris.

« Comment dois-je t'appeler ? »



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Invité
avatar
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alola Island :: Le défouloir :: Topics obsolètes-
Sauter vers :